Artoupan, auteur de BD érotique expose à Lyon

Par @Culturebox
Mis à jour le 22/03/2013 à 19H25, publié le 22/03/2013 à 16H28
Image tirée de la BD Mahârâja

Image tirée de la BD Mahârâja

© Drugstore

Artoupan, l’illustrateur lyonnais de bande dessinée érotique est l’auteur, avec Labrémure, de "Mahârâja", une histoire qui mêle espionnage et aventures coquines. Le dessinateur lyonnais expose ses œuvres dans sa ville en ce printemps 2013 sous le titre « Florale indécence ».

Benoît Girier a commencé par étudier la biologie, mais son goût pour le dessin a pris le dessus et ce Lyonnais, fils de médecins est devenu illustrateur de bande dessinée. C'est-à-dire co-auteur. Sous le nom d'Artoupan, il a publié aux éditions Drugstore avec Labrémure "Mahârâja". Cet album d’aventures aux confins de l’espionnage et du kamasoutra se révèle aussi une ode amoureuse à la région italienne du lac de Côme.

Reportage : J.Sauvadon, L.de Bretagne, C.Gramont
 Les folles années 70
La bande dessinée érotique n’a pas le vent en poupe, elle a eu son époque. La première en date à avoir quitté l’enfer des bibliothèques est la mondialement connue « Barbarella » de Jean-Claude Forest. Publiée en pleine révolution sexuelle, la bédé fait l’effet d’un détonateur dans le genre.
Mais c’est dans les années 70 que le genre trouve son heure de gloire. Barbe, Pichard, Cuvelier mais surtout des dessinateurs et auteurs italiens comme Guido Crepax, Liberatore ou Paolo Serpieri alimentent alors un genre qui frôle la pornographie en se gardant bien d’y sombrer.
Barbarella de Jean-Claude Forest

Barbarella de Jean-Claude Forest

© DR
Paulette, par Pichard

Paulette, par Pichard

© Le Square
 
Valentina, de Guido Crepax

Valentina, de Guido Crepax

© Crepax-Futuropolis
Cinéma par Barbe

Cinéma par Barbe

© 1976 Glénat
Sur le fil
Alliant souvent le libertinage à des genres spécifiques comme la science-fiction, la mythologie ou la fantasy, la bande dessinée érotique, en même temps que le cinéma a basculé ensuite dans la pornographie pour finir par se marginaliser complètement.
La couverture de l'album

La couverture de l'album

© Drugstore
 
Renouveau ?
Tout comme un nouveau courant de BD érotique dessinée par les femmes, une bande dessinée comme "Mahârâja" donne un coup de jeune à ce genre. Il offre au regard des formes généreuses et des virilités à toute épreuve, tout en intéressant le lecteur à un scénario astucieux et ne manquant pas de détachement.
Et puis, ne le dîtes à personne, mais Benoît Girier signe également des bandes dessinées sans croupe ni turgescence, mais cette fois sous un pseudonyme qu'on aurait imaginé plus adapté au genre coquin : "Lematou", 

« Florale indécence »
23 rue Romarin, Lyon 1er