Avec Charb, Riss et Tignous imposible d'échapper aux Unes de Charlie Hebdo

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 30/09/2011 à 17H19
Avec Charb, Riss et Tignous imposible d'échapper aux Unes de Charlie Hebdo

Avec Charb, Riss et Tignous imposible d'échapper aux Unes de Charlie Hebdo

© Culturebox

Les 1000 meilleures Unes de Charlie Hebdo sont à découvrir jusqu'au 31 octobre 2011 au musée Raymond Lafarge de Lisle-sur-Tarn. 

https://videos.francetv.fr/video/NI_114291@Culture

L'histoire de la caricature en France, de Daumier à Tignous, peut se résumer à travers quelques dessins ou unes de journaux restés célèbres et qui ont fait entrer des titres de presse dans la légende. Le Gargantua représentant
le roi Louis-Philippe, dessiné en 1831 par Honoré Daumier pour le journal de Charles Philipon "La Caricature" valu à l'artiste six mois de prison mais contribua au même titre que ses caricatures du monarque en formes de poire à faire entrer le journal et son dessinateur dans la grande histoire du dessin de presse. Dans un style encore plus engagé et plus artistique, "l'Assiette au beurre" donna également ses lettres de noblesse à la caricature. Plus tard c'est le dessinateur Jean Sennep qui enrichit les pages de "Charivari" avec ses caricatures de Léon Blum. Enfin, en novembre 1970 le célèbre Hara-Kiri, fondé par Choron et Cavanna, stupéfait la France entière avec une couverture suicidaire "Bal tragique à Colombey : un mort" qui associe la mort du Général de Gaulle à un fait divers tragique survenu le même jour.
La couverture de Charlie Hebdo dessinée par Cabu, en pleine crise des caricatures danoises de Mahomet, aurait pu signer l'arrêt de mort du journal, elle a, au contraire, permis de tripler les ventes de l'hebdomadaire.