Les automates de Gilbert Peyre en vedette dans Micmacs à tire-larigot de Jeunet

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 28/10/2009 à 10H57
Les automates de Gilbert Peyre en vedette dans Micmacs à tire-larigot de Jeunet

Les automates de Gilbert Peyre en vedette dans Micmacs à tire-larigot de Jeunet

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_479511@Culture

Le nouveau film de Jean-Pierre Jeunet sort le 28 octobre sur les écrans. "Micmacs à  tire-larigot" raconte l'histoire de Bazil qui va partir en guerre contre les marchands d'armes, aidé en cela par toute une série de personnages plus loufoques les uns que les autres. Parmi eux, les drôles de créatures imaginées par Gilbert Peyre, un bricoleur de génie, plasticien marionnettiste, qui conçoit des automates farfelus et poétiques à partir d'objets récupérés.

Jean-Pierre Jeunet a découvert les sculptures de Gilbert Peyre à la Halle Saint-Pierre à Paris, près de Montmartre, un centre culturel dédié à l'art naïf et à l'art brut (le lieu lui a d'ailleurs consacré une rétrospective en 2000 intitulée "Fin de chantier"). Il a tellement aimé l'univers de ce plasticien qu'il a créé le personnage de Petit-Pierre dans son film pour pouvoir utiliser ses oeuvres. Et le film qui célèbre l'art de la récup' et du bricolage collait parfaitement à l'état d'esprit de l'artiste. Gilbert Peyre est en effet un autodidacte qui a commencé à animer mécaniquement ses sculptures. Il s'est ensuite initié à l'électronique et à la pneumatique pour réaliser ses automates qui sont devenus en 1987 des "Electromécanomanies", puis des spectacles baptisés "sculpturOpéra" à partir de 1994. Sa dernière création s'intitule "Cupidon propriétaire de l'immeuble situé sur l'enfer et le paradis", un mélange d'arts plastiques, de technologie et d'opéra. Pour le définir, on peut citer Ben Vautier (plus connu sous le nom de Ben) qui a surnommé Gilbert Peyre "Le Tinguely réaliste".

La critique du film sur france3.fr