Slick 2013 : les nouveaux talents à deux pas de la Fiac

Eric Michel : La lumière parle, 2008. néon, 105 cm x 18. Courtesy galerie Michael Petronko

 Huitième édition de la Slick jusqu'au 27 octobre. L'occasion de découvrir les meilleurs galeries émergentes dans le monde et d'observer les oeuvres de jeunes artistes. Plus de 17 000 visiteurs sont attendus. 

La vie sous les ponts

Cette année la Slick se love sous le pont Alexandre III, à 200 m de la Fiac. Année après année « la petite Fiac bis » est devenue un rendez-vous incontournable sur la planète Art Contemporain. Deux drapeaux blancs indiquent l’entrée. Je descends l’escalier pour découvrir 36 galeries plutôt émergentes, dont 60% sont françaises. Autant à la Fiac tout est blanc et lumineux, autant ici la lumière est fortement tamisée et tout est sombre, mais cela n’empêche pas de voir les œuvres.

Planète folle

Tout de suite mon œil est attiré par une installation vidéo à la galerie LKFF. C’est tout un monde sur un écran pour raconter les non-sens du monde. « La genèse de la priorité introuvable entre les œufs et leurs poules, entre les savants et leurs machines » racontent les artistes Fred Penelle et Yannick Jacquet. Je prends un réel plaisir à observer cette installation. J’apprends que cette oeuvre a obtenue le prix des collectionneurs à la Slick de Bruxelles.

Fred Penelle &Yannick Jacquet :Les mécaniques discursives, 2013. Installation vidéo multimédia. Olivier Lasson.

Fred Penelle &Yannick Jacquet :Les mécaniques discursives, 2013. Gvure, vidéo, multi média. Olivier Lasson.

 Vu de près

 Un peu plus loin à la galerie Up Rising je découvre une tête de profil réalisée par l'artiste cubain Mabel Poblet . Mais en approchant je découvre qu’elle est entièrement réalisée avec des petits flacons et que c’est le contenu de ces fioles qui donne sa couleur à l’œuvre. Plus classique, mais pas sans force, cette peinture représentant un singe de Patrick Guidot à la galerie JCB1. Le fantôme de Reyberolle passe.

Patrick Guidot : Ape 01, 2013. Huile sur toile, 146 cm x 114. Courtesy galerie JCB1.

Patrick Guidot : Ape 01, 2013. Huile sur toile, 146 cm x 114. Courtesy galerie JCB1.

 Au fond de l’allée, une buvette à base de mobilier militaire. On se croirait dans le film MASH. C’est surprenant, mais après tout pourquoi pas. Je continue, ce qui est proposé est assez inégal. Un raccourci provocateur et dérangeant à la galerie Binôme, qui l’an dernier déjà, présentait des artistes très intéressants. Aujourd’hui, elle expose Lisa Santorio qui photographie des sans papiers, des exclus et les imprime sur des essuies- tout. Une façon de dire que la société traite les faibles comme des mouchoirs de papier ou du Sopalin.

Lisa Santorio : Chemin au dessus de ma tête ( détail). Triptyque, encre pigmentaire sur Sopalin, 2007. Courtesy galerie Binôme.

Lisa Santorio : Chemin au dessus de ma tête (détail). Triptyque, encre pigmentaire sur Sopalin, 2007. Courtesy galerie Binôme.

 Destins animés

 Island 6 est une galerie implantée à Shangai, elle présente d’intéressantes toiles animées. C’est plein de surprises et de charme, voici le lien.    L’artiste Combo a commencé a graffé en 2003 dans le sud de la France. En 2010, il s’installe à Paris et débute ce qui l’a rendu célèbre : le détournement d’images. Dans ses collages, Combo mêle des éléments provenant de dessins animés et des images d’actualité. Des membres du G8 arborent les masques des frères Rapetou. En Chine, il remplace des têtes de mannequins par le faciès d’Hello Kitty. A la Slick, j’observe une toile représentant les Femens. C'est la "Liberté guidant le peuple" version contemporaine.

Combo : Femens/ Courtesy galerie des petits carreaux.

Combo : Femens/ Courtesy galerie des petits carreaux.

 Un bon tremplin

A travers son travail et ses provocations, Combo nous incite à réfléchir sur la clarté d’un message ou la signification d’une image. Une fois encore la Slick remplit sa mission : montrer de jeunes artistes et faire découvrir les stratégies et le travail de jeunes galeries qui, pour beaucoup, mériteraient elles aussi d’exposer à la Fiac. Et puis la Slick c’est tout simplement sympa. J’aime bien ce rendez-vous créatif annuel. Sachez le, du côté du Grand Palais, il n'y a pas que la Fiac.

Slick : Sous le pont Alexandre III

Port des Champs Elysées; 75008 Paris

Vendredi 25 octobre : 12h - 20h.

Samedi 26 octobre : 12h - 22h.

Dimanche 27 octobre : 12 h - 16h.