Barbara Carlotti : un nouvel album grâce au crowdfunding

Malgré les obstacles, Barbara Carlotti ne s'est pas découragée. (Photo : Cassandre Dumain)

Pour son dernier album, Magnétique, Barbara Carlotti a fait appel au financement participatif, après le refus de plusieurs maisons de disques de prendre en charge son enregistrement.

"Chers amis rêveurs, cher public, j'ai besoin de vous pour réaliser mon rêve le plus cher." Face caméra, un piano en arrière-plan, Barbara Carlotti demande l'appui de son public pour financer l'enregistrement de son quatrième album Magnétique, à paraître en mars. La vidéo figure en tête de la campagne de financement participatif, hébergée sur la plus célèbre plateforme du genre.

La collecte s'est achevée il y a neuf mois. Elle a permis d'amasser 26 000 euros en 45 jours, soit 7 000 euros de plus que l'objectif initial. "J'étais stressée pendant cette période. Si je n'atteignais pas l'objectif dans le temps imparti, je ne touchais rien", se souvient Barbara Carlotti. L'album est néanmoins subventionné en grande partie par l'Adami, une société qui attribue des droits de propriété intellectuelle aux artistes-interprètes.

Pas de label, mais des cadeaux

L'appel aux dons : une nécessité pour la chanteuse. Ses deux précédents albums ont été signés sur 4AD, le label britannique de pop rock qui a vu passer des groupes emblématiques comme Bauhaus, Dead Can Dance et les Pixies. L'Amour, l'Argent, le Vent, sorti en 2012, a été produit par Atmosphériques, aujourd'hui fermé. Pour Magnétique, aucune maison de disques n'a répondu favorablement à ses sollicitations. "Elles préfèrent des artistes qui vendent énormément ou qui sont encore inconnus. Moi je suis un peu entre les deux", estime-t-elle.

Son nouveau projet a rencontré un certain écho sur la plateforme de crowdfunding. 481 internautes ont misé dessus. Spécialement pour eux, elle a concocté des lots de produits dérivés autour du rêve, la thématique centrale de Magnétique. Les donateurs ont notamment reçu des autocollants, de la verveine cultivée dans le jardin de sa maison familiale en Corse, jusqu'à un concert privé pour les dons de 2500 euros et plus. Un généreux donateur parisien y a eu droit en décembre. "On a joué avec trois musiciens en acoustique dans son salon. Il avait invité plein d'amis. Depuis, on s'envoie des petits messages", confie-t-elle.

Son moteur : les messages d'encouragement

La campagne de financement a permis d'approfondir le lien entre la chanteuse et son public, affirme-t-elle : "J'ai reçu beaucoup de messages d'encouragement des gens. Ça m'a donné l'occasion de les remercier." Ainsi, elle distille régulièrement des maquettes de ses chansons ou des aperçus de l'enregistrement en studio.

Mais l'expérience n'est pas de tout repos. Tout l'argent récolté sur la plateforme est reversé aux musiciens et au studio d'enregistrement. Rien pour les poches de Barbara Carlotti. Ses moyens de subsistance : son statut d'intermittente du spectacle et la création d'un spectacle autour du rêve "Les laboratoires oniriques", dans lequel l'artiste est entourée d'invités de marque tels que Philippe Katerine et Christophe. Compte-t-elle réitérer le procédé pour le prochain album ? "Si j'ai de l'argent, je l'utiliserai avant d'en demander au public. Là, c'était un cas de nécessité."

Alexis Delacour