Les Femmes S'en Mêlent, un festival au féminisme ludique

Le festival Les Femmes s'en Mêlent rassemble des musiciennes de la scène indépendante depuis plus de vingt ans. Virginie Despentes, Sama', La Pietà... Une vingtaine d'artistes joueront à la Machine du Moulin Rouge, à Paris, du 15 au 18 mars. En plein mouvement #MeToo, le festival poursuit son action féministe.

"Je vous mets ça là" glisse Stéphane Amiel en posant sur le comptoir stickers et tracts du festival Les Femmes S'en Mêlent. Dessinées sur la pastille plastifiée : trois femmes aux cheveux roux, les mains dans les poches avance d'un pas décidé. Le directeur artistique et fondateur du festival fait le tour des tables hautes du club Le 1999, dans le 11ème arrondissement de Paris. Ce soir-là, le 15 février dernier, l'association du festival organise un concert avec deux artistes : Roni Alter et Lonny Montem.

29134019_10215008233820136_5637257542229819392_o

Prélude au festival les Femmes S'en Mêlent, cette soirée est aussi l'occasion pour l'équipe du festival "de se retrouver pour s'organiser", espère en riant Stéphane Amiel. "On est un festival familial !  Nous employons trois personnes et on est deux-trois bénévoles réguliers avec beaucoup de sympathisants. On s'organise avec les moyens du bord", explique le jeune quinquagénaire, employé en régie télé dans la journée.

Les néons roses se reflètent sur la boule à facettes du club parisien. Le doux bruit des glaçons versés dans les verres et les cordes tendues des guitares campent une ambiance intimiste. Le fondateur du festival profite de sa pinte de bière, devant la scène. Ses joues barbues se plissent en un grand sourire. "Je suis avant tout un spectateur", chuchote-t-il.

Grace Jones, Nina Hagen, Blondie.. "Les voix de filles m'ont toujours rendu plus attentif". Ce fan de musique new wave a participé au lancement de la première édition en 1997, avant tout par intérêt musical. "C'était un prétexte pour faire une soirée dans plusieurs lieux différents et fonder un festival complètement indépendant, sans pression économique ou politique."

"C'est au bout de quelques années à reprendre le festival que je suis moi-même devenu féministe", explique Stéphane Amiel. "Les Femmes s'en Mêlent, c'est avant tout un moment de rencontre, de fête et de créativité. Nous sommes dans le ludique mais aussi l'action, le concret". Amiel souhaite organiser simplement un lieu d'expression pour les artistes.

Interview avec Irène Drésel, artiste techno programmée :

Pourtant ancien, le festival n'est jamais à l'abri de s'arrêter. "Tous les ans, c'est quitte ou double !, raconte Amiel en haussant les épaules. On croit qu'au bout de vingt ans, ça serait de plus en plus facile, mais c'est de plus en plus compliqué de réaliser le festival." En cause: le marché tendu des concert qui voit les prix des salles et des artistes s'envoler.

La programmation des Femmes s'en Mêlent est reconnu pour être avant-gardiste et permet de découvrir de nombreux potentiels. La volonté de mélanger découverte et artistes déjà établies se cognent au manque de moyens du festival associatif.

Une ouverture littéraire avec Virginie Despentes

Le nom le plus connu de cette édition est sans doute celui de l'auteure Virginie Despentes qui ouvrira le festival accompagné du groupe de punk Zëro pour une lecture musicale.

Autre nouveauté de cette 21e édition : une soirée de débats, projections et concerts organisée ce jeudi 15 mars. Gratuit, cet événement abordera les sujets "Podcast - Comment les femmes se font entendre" et "Le rap, un espace de liberté pour les femmes?".

Un festival inclusif

Un lien quelconque au contexte médiatique déclenché après l'affaire Weinstein ? "Non, loin delà. J'essaie de rester hermétique aux sujets à la mode. Nous on est dans l'action, dans le concret, et depuis longtemps." 

Gaëlle Caradec


INFOS PRATIQUES

La Machine du Moulin Rouge : 90, bd de Clichy. Métro Blanche L2, Pigalle L2 et 12

  • Jeudi 15 mars (entrée libre)

Exposition de Pauline Furman, émission de radio en public et podcasts, projections, lectures

  • Vendredi 16 mars

19h-00h30 > Virginie Despentes + Zero, Dream Wife, Helluvah, The Pack A.D, Léonie Pernet, La Pietà

00h30-06h > Clara 3000, Debonair, Coucou Chloé, TGAF, Fils de Venus, Trypheme, Gigsta, Marylou

  • Samedi 17 mars (en collaboration avec Barbi(e)turix)

21h-06h > Cata. Pirata, Irène Drésel, Calling Marian, Blimes Brixton, Reverie, KT Gorique, Sama', Catherin, Pink Kink, Rag

Billetterie