Mois de la Gestion Sonore : cinq astuces pour préserver vos oreilles

Le mois de Novembre est aussi celui Mois de la Gestion Sonore. L'objectif de la campagne menée par l'association AGI-SON est de sensibiliser à une écoute de musique responsable. Le Bento a recueilli 5 astuces pour préserver vos oreilles.

La conférence sur l'audition des jeunes, animée par le journaliste Olivier Cachin, réunissait la semaine dernière une dizaine de spécialistes de l'audition au centre culturel hip-hop La Place. L'association AGI-SON en a profité pour lancer sa nouvelle plateforme EduKson, qui sensibilise les plus jeunes grâce à des jeux sur le thème de l'ouïe.

Mais pour adopter de bons réflexes et préserver ses capacités auditives, il n'y a pas d'âge. Angélique Duchemin, coordinatrice nationale d'AGI-SON et Olivier Cachin, journaliste spécialiste du hip-hop, vous livrent cinq conseils pour profiter de sons qui envoient, de manière plus responsable.

1. Régler le volume au calme

Si on considère que le casque est préférable aux oreillettes pour une écoute longue, bien régler le volume de l'appareil est tout aussi important pour préserver notre ouïe. « Quand on est dans un endroit bruyant, on a tendance à mal régler ses appareils », argumente Angélique Duchemin.

D'après une étude sur les pratiques d'écoute des jeunes, 58% des 12-19 ans estimaient avoir déjà ressenti une sensation d’acouphène en 2014. Pour Olivier Cachin, adepte de sons qui pulsent et de textes tranchants, une bonne intensité est primordiale même pour les jeunes : « Ce n’est pas parce que tu exploses tes tympans que tu es plus rebelle ».

2. Limiter la durée d'écoute au plaisir

Pour la coordinatrice AGI-SON, « écouter de la musique pour s'endormir n'est pas une bonne chose, cela sollicite les organes auditifs pendant la nuit pour rien ». 40% des jeunes de moins de 19 ans s'endorment en musique selon l'étude sur les pratiques auditives de la jeunesse. L'essentiel est d'écouter de bonnes mélodies quand cela nous fait plaisir, mais pas au-delà.

3. Faire des pauses pendant les concerts

« Quand on est musicien, si on se nique les oreilles, on ne sait plus travailler. C’est le cas de nombreux DJ comme par exemple Laurent Garnier qui a de vrais problèmes auditifs », explique Olivier Cachin. Une preuve qu'être toujours dans le vacarme des concerts ne fait pas que du bien à nos petites oreilles.

Pour éviter ce genre de souci, Angélique Duchemin recommande de faire des pauses pendant les concerts. Entre deux morceaux, il est toujours bon de sortir s'aérer la tête ... et les oreilles. Sinon, il y a toujours l'option bouchons, à condition qu'ils soient bien mis : « Le bouchon d’oreille, c’est comme le préservatif, si ce n’est pas inséré correctement, ça ne sert à rien », conclut le journaliste.

4. Écouter son corps

« Pendant un concert où tout le monde profite, si la musique ne nous procure pas de bonnes sensations, c'est qu'il y a un problème », confie la coordinatrice nationale d'AGI-SON. Écouter son corps et ses sensations est obligatoire pour ne pas avoir de mauvaises expériences en concert.

Si on n'en profite pas, c'est qu'il y a un problème et qu'il est nécessaire d'aller voir un audiologue. Écouter de la musique doit être un plaisir, si ce n'est plus un bon moment, c'est mauvais signe.

5. Faire un dépistage auditif

Aller voir un audiologue n'est jamais une mauvaise chose. C'est le meilleur moyen de prévenir de vrais problèmes auditifs. Alors avant de finir dur de la feuille, il est peut-être temps d'aller faire un dépistage.

Certains spécialistes proposent de le faire gratuitement. Sinon, une visite médicale peut aussi être le bon moment de demander à vérifier que votre oreille fonctionne toujours bien, il suffit de demander.

Maxime Fettweis