Pour ses 10 ans, Polka rassemble les "Femmes du monde" dans sa galerie

Para Brazil 2009 SEBASTIÃO SALGADO ©Polka Galerie

Pour fêter les 10 ans de la galerie Polka, Marc Riboud et Sebastião Salgado exposent des portraits de"Femmes du monde" du 10 novembre au 20 janvier. Pour l'occasion, ce sont leurs épouses qui ont choisi les photographies. Explications. 

 

Couv_Polka1_salgado_riboudEn novembre 2007, Polka lançait son tout premier numéro. Sur la couverture du magazine consacré à la photographie, Marc Riboud et Sebastião Salgado en gros titre. Pour fêter son dixième anniversaire, Polka les convoque à nouveau, mais cette fois-ci, dans sa galerie

Ces deux hommes, photographes et voyageurs portent en eux deux visions du monde et deux sensibilités différentes. Mais pour Alain Genestar, créateur du magazine, il n'y avait q'une seule façon de les réunir : "les femmes". L'exposition "Femmes du monde" met en lumière une cinquantaine de leurs portraits triés avec soin par leurs épouses Lélia Wanick Salgado et Catherine Chaine.

Marc Riboud s'est éteint l'an passé à 93 ans. En exposant ses photographies, le magazine Polka rend hommage à celui qui l'a accompagné depuis ses débuts. Pour Alain Génestar, il était primordial que son épouse, Catherine soit impliquée. 

Marc Riboud, un regard de poète

Catherine Chaine, devient la porte-parole du talent de son mari. "Marc, on le sent dans son regard, il a une espèce de tendresse. Ce qui est très intéressant c'est aussi la distance qu'il maintient avec son sujet. Elle traduit une sorte de timidité, qui laisse de l'espace à l'autre."

Marc Riboud le disait toujours. "Ce n'est pas vous qui prenez la photographie, c'est la photo, qui vous prend." Dans ses clichés, rien n'est prémédité. Spontanés et pris sur le vif, ils laissent place au naturel. Le photographe immortalise alors la femme indépendante, révoltée, mais aussi celle cachée derrière un voile, des lunettes, ou encore un reflet. Les regards sont aussi forts que les postures adoptées. Ses photographies noir et blanc des années 60 aux années 2000 restent si actuelles.

Washington, Etats-Unis, 1967 ©Polka Galerie

Washington, Etats-Unis, 1967 ©Polka Galerie

"La jeune fille à la fleur. C'est rarissime qu'une photographie puisse passer toutes les époques et, qu'au 21e siècle, elle reste toujours un symbole." témoigne le créateur de Polka. L'exposition n'aurait pas pu se faire sans ce monument de la carrière de Riboud. Mais pour Catherine, d'autres photographies sont toutes aussi essentielles, pour appréhender le style de son mari. "De l'Inde au Nigéria, Marc aimait la beauté visuelle. Il préférait la trouver chez les gens, dans la rue, qu'auprès des personnalités et chefs d'État."

D'après elle, toutes les photographies sont caractérisées par la grâce et l'élégance des gestes. Paysanne chinoise dans un train reste son portrait préféré. "Il y a la fatigue et la mélancolie de cette femme, mais aussi sa grâce, son naturel et toute sa beauté." détaille l'ancienne journaliste.

Paysanne dans le train, Chine, 1957 ©Polka Galerie

Sebastião Salgado, témoin de la condition féminine

Dans l'autre bâtiment de la galerie, le soir du vernissage, Sebastião Salgado en embuscade entre ses œuvres et la foule. Les flashs crépitent, les smartphones figent le visage du photographe brésilien. Bienveillant, il se prête au jeu des autographes, mais semble penseur. Il fait rapidement le tour de l'affichage, salue ses connaissances et part s'isoler. Il est 20h passée et son épouse, n'est toujours pas arrivée.

"Vous savez c'est Lélia qui a sauvé Sebastião de la dépression lorsqu'il est revenu du Rwanda. Après 1994, à son retour, elle lui a proposé de planter des arbres sur sa terre natale au Brésil. Comme ils sont excessifs, ils ne se sont pas arrêtés. Ils sont passés de 100 000 arbres la première année à 2 millions aujourd'hui." confesse Alain Genestar. 

salgado-dumain-polka

Sebastiao Salgado, le 9 novembre 2017 au vernissage de Femmes du Monde ©Cassandre Dumain

Lélia Wanick Salgado et cette petite forêt recréée redonne vie au photographe. Pour l'exposition, sa femme a sélectionné 34 photographies. Elles retracent les 45 ans de carrière de Salgado, en passant par ses voyages et ses recontres. Les femmes de ces tirages racontent une histoire, témoins d'une époque. Elles démontrent surtout la place du féminin dans leur société avec différents visages de la féminité, parfois écorchée. 

Au sujet de son mari, Lélia confie à Polka : « Il traverse d’abord les guerres, les crises, les conditions de travail terribles, les malheurs du monde. Mais c’est elles qu’il aperçoit au milieu du chaos. Il les voit dans des situations souvent douloureuses, et témoigne ainsi d’un fait : ce sont elles qui portent le poids du monde. Ce sont elles qui font traverser les épreuves. » 

Pará, Brésil, 2009 ©Polka Galerie

Pará, Brésil, 2009 ©Polka Galerie

Ce poids retranscrit dans la photographie peut déranger et surprend plus d'un visiteur. "Moi je suis choquée" assène, Marie-Paule. "Quand je vois que la photo est si récente, je me dis que parfois certains diktats de société sont trop poussés. Qu'est ce qui ne faut pas faire pour paraître belle." Certains rites amazoniens semblent laisser perplexe la sexagènère.

D'autres tentent de comprendre les messages véhiculés à travers l'image. Il y a cette photo d'une femme derrière une porte, à sa droite, une petite fille se balade avec des pommes d'amour. Pour Amandine, la scène symbolise l'enfermement, pour sa mère, il s'agit de la séparation entre une femme et sa fille. Alain Genestar connaît la réponse. "C'est dingue, il s'agit en vérité d'une prostitué qui attend que l'on vienne frapper à sa porte, alors que la fillette et ses pommes revoient plutôt à l'amour."

Guatemala, 1978 ©Polka Galerie

Guatemala, 1978 ©Polka Galerie

Les sélections respectives de Catherine Chaine et de Lélia Wanick Salgado pour leurs maris font donc réagir. Ces deux femmes sont très présentes aux côtés des photographes qui, grâce à elles, renaissent à la galerie Polka. Une renaissance dans le passé pour Sebastião Salgado, sauvé par Lélia de la dépression, et actuelle, pour Marc Riboud qui reprend vie grâce à Catherine et cette exposition. 

Cassandre Dumain

Exposition “Femmes du mondeà la galerie Polka, 12, rue Saint-Gilles, Paris IIIe, du 10 novembre 2017 au 20 janvier 2018.

D'autres photographes sublimant la femme sont aussi mis à l'honneur (Kate Moss de Richard Dumas, Carla Bruni par Jean-Philipper Perrier....)