Mondial du tatouage 2016 : Les 5 artistes qui ont fait craquer Le Bento

Emilie B de l'Imaginarium, l'une des cinq artistes favoris du Bento / Photo Alexis Patri

Si notre rédacteur n'avait pas dû combler le découvert de son compte, il aurait cédé au ronronnement mécanique des machines à tatouer. Faute d'être passé sous les aiguilles, il partage avec vous ses coups de coeur de l'édition 2016.

Le Mondial du tatouage s'est achevé et vous n'avez pas pu vous faire "encrer". C'est normal : la plupart des 350 tatoueurs présents ont rempli leur agenda du week-end en moins de 24 heures. Maintenant que le brouhaha des dermographes s'est tu, il est temps de prendre un rendez-vous. Les tatoueurs ont de nouveau des créneaux libres, mais lequel choisir ? Le Bento a sélectionné pour vous cinq tatoueurs talentueux et sympathiques. C'est toujours mieux quand on doit passer plusieurs heures en tête à tête avec quelqu'un qui vous plante des aiguilles dans le corps.

 

  • L'étrange bestiaire d'Andrea Pallocchini

Andrea Pallocchini

Andrea Pallocchini // Photos Alexis Patri et Andrea Pallocchini

Le tracé en noir et gris est classique, mais il dessine des motifs incroyables, issus du fantastique. Le style d'Andrea Pallocchini ne ressemble à rien de connu. "Il s'agit d'un mélange entre la décoration victorienne et un bestiaire imaginaire" explique le tatoueur italien. Difficile de mieux expliquer ses compositions animales et ornementales, dont il adapte les courbes à celles du tatoué.

Très rapidement complet vendredi et samedi, Andrea Pallocchini avait libéré sa journée de dimanche pour les clients ayant un coup de cœur. Si vous l'avez raté, il faut désormais vous rendre dans son studio de San Felice Circeo, en Italie. Après tout, des vacances en Italie, avec tatouage à la clé, ça s'organise.

 

  • Ivana, de l'aquarelle et beaucoup de prix

Ivana / Photos IvanaIvana / Photos Ivana

Adoubée par Tin-Tin, Ivana aurait selon lui inspiré beaucoup de tatoueurs. Son style -qui mélange aquarelle, tracés graphiques et pixellisations- attire un grand nombre de spectateurs devant son stand, pas avares en compliments. Ce coup de cœur du public a aussi convaincu le jury du Mondial qui lui a remis trois prix : deuxième place pour le tatouage réalisé vendredi et troisième place pour celui réalisé samedi et pour la petite pièce en couleurs.  "Nous choisissons avec le tatoué s'il veut s'inscrire ou non, si je sais que j'aurais fini dans les temps, précise Ivana. Mais pour apprécier mon métier je prends mon temps à préparer les projets et à les encrer".

La tatoueuse slovaque est installée à Long Beach, à côté de Los Angeles. Ça fait loin. Et un peu cher. Mais Ivana est présente dans de nombreuses conventions en Europe et fait aussi quelques guests plus près de chez vous. Il suffit de surveiller son Instagram et son site web.

 

  • Le graphisme subversif de Léa Nahon

Léa Nahon

Léa Nahon / Photo Alexis Patri et Léa Nahon

A peine Léa Nahon avait-elle annoncé sa venue au Mondial que l'agenda de son week-end était complet. Il suffit de jeter un œil à ses dessins graphiques -des visages et des corps réalistes aux ombrages hachurés- pour comprendre pourquoi. Son univers est rock, sexuel et léger. Preuve que l'artiste est à l'aise sur tous les supports, la tatoueuse s'est aussi illustrée lors de l'exposition Fender, avec une guitare nommée "Girlfriend". Elle représente une scène de masturbation.

Tatoueuse depuis 15 ans, Léa Nahon est à Bruxelles depuis 8 ans. Et si vous êtes allergique au Thalys, elle sera sûrement présente sous la Halle de la Villette l'année prochaine : l'artiste est l'invitée du Mondial depuis la première édition.

 

  •  Emilie B, l'inspiration à main levée

Emilie B

Emilie B / Photos Alexis Patri et Emilie B

Les couleurs aquarelles d'Emilie B tranchent avec son tracé noir, tantôt géométrique ou pixellisé, tantôt imitant broderies et tissus. Mais son style n'est pas sa seule originalité. Cette tatoueuse travaille sans stencil. "Je discute du motif avec le tatoué et on choisit une gamme de couleurs. Ensuite je passe au tatouage, je n'aime pas avoir un dessin à suivre. Je n'utilise de calques que pour les motifs géométriques". Emilie B travaille aussi en duo avec son collègue et compagnon Guillaume Smash : "Nos styles sont proches mais nous nous complétons. Nous travaillons sur une même pièce à tour de rôle, ce qui donne un résultat que je ne pourrais obtenir seule". La technique est atypique et le résultat magnifique.

Le salon de tatouage d'Emilie B (et Guillaume Smash)  se trouve à Hyères. C'est en France et en plus c'est au soleil.

 

  • Les têtes de noeuds de Pietro Sedda

Pietro Sedda

Pietro Sedda / Photo Alexis Patri et Pietro Sedda

Un look de pêcheur et un salon nommée "The Saint Mariner". Le tatoueur italien Pietro Sedda mêle à des visages réalistes paysages, bâtiments et navires. Ou d'autres visages. Un style très moderne dont les compositions évoquent le rêve et un imaginaire foisonnant.

Pietro Seda est basé à Milan. Là encore, c'est pas à côté, mais c'est aussi pour ça que l’événement s'appelle Mondial du tatouage. Et comme pour Andrea Pallocchini, la séance de tatouage peut s'inclure au milieu d'un séjour dans l'autre pays de la bonne bouffe.

 

Cinq tatoueurs ne suffisent pas à calmer votre soif de belles choses ? Le Bento a aussi aimé Alix Gé, Dodie et Trash Polka, stars du Mondial reconnues depuis plusieurs années.

Alexis Patri