Le "59" nouveau est arrivé

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 08/09/2009 à 17H51
Le "59" nouveau est arrivé

Le "59" nouveau est arrivé

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_95701@Culture

Le célèbre squatt artistique du numéro 59 de la rue de Rivoli à Paris a rouvert ses portes après trois années de travaux, il s'ouvre au public gratuitement dès le 10 septembre 2009, uniquement l'après-midi.

C'est vrai. C'était crasseux et même dangereux. Les escaliers du 59 menaçaient de s'effondrer à tout moment sur les visiteurs, les artistes travaillaient dans des conditions plus que sommaires, parfois même au milieu des gravats, mais c'était l'époque des vrais squatts. Il y avait le squatt de Bertand, le futur Maire, situé au 59, rue de Rivoli près de l'Hôtel tant convoité, et celui de Jacques, Toubon pas Chirac, qui se trouvait du côté des anciens frigos de la Gare de Lyon, là où Jacques avait été Maire, du temps de l'autre Jacques. Ainsi, on promettait aux artistes de Rivoli : un avenir en rose, et à ceux des frigos, un horizon tout bleu. Plus de dix après, voilà donc "le 59" de la rue de Rivoli, entièrement ravalé et flambant neuf, aussi digne qu'un musée d'Art contemporain. Mieux, les squatters acquittent un loyer symbolique.
Soit les temps ont bien changé, soit l'esprit des lieux risque de ne plus être le même qu'autrefois. Certains des anciens artistes ont choisi de ne pas revenir, c'est le cas d'une des figures préférées des anciens habitués : Bibi.
 Ses tableaux de chasse urbaine ornaient à la manière de trophée, l'entrée et les escaliers du squatt, avant sa fermeture. Il faut avoir apprécier le côté frondeur de son "Tapir abattu rue de l'Opéra" pour mieux comprendre que cet art là, ne se crée pas dans la douce ambiance feutrée d'un musée, fût-il inscrit sur sa porte en grosses lettres : Squatt d'artistes. Le 59 est mort, vive le nouveau 59.