Jeux vidéo. "Need for Speed Payback" : une rapide et furieuse course à l'argent

Par @Culturebox
Publié le 16/11/2017 à 15H35
Need for Speed helico © Electronic Arts

"Need for Speed" a franchi la ligne de départ en 1994. "Payback" qui sort ce mois-ci est le 22e épisode de ce jeu de voiture qui vous oblige à lutter contre vos concurrents et la police lors de courses-poursuites illégales. La série veut se renouveler et slalome depuis plusieurs années en direction des films d'actions et de tuning. L'argent est au cœur de ce nouvel opus, pas sûr que ça paye.

"Need for Speed Payback" nous propulse sur l'asphalte d'une ville aux allures de Las Vegas. Isolée au milieu du désert et emplie de casinos, la cité est le théâtre de courses folles où tous les pilotes de la région viennent s'affronter. Dans le jeu nous incarnons Tyler, un accro du volant qui navigue en eaux troubles et qui va se retrouver embarqué bien malgré lui dans une histoire de pari truqués. Le patron du "Clan" malicieusement nommé le "percepteur" a décidé de trafiquer toutes les courses de la ville afin de s'empiffrer goulûment sur le dos des honnêtes parieurs. Ce n'est évidemment pas du goût de notre héros qui ne supporte pas d'être taxé de tricheur. Ajoutez une pincée de vengeance personnelle et quelques amis fidèles et vous obtenez la recette du cocktail explosif concocté par le studio suédois de Ghost Games.
Need for Speed Trailer

On the road again

Fortune Valley est un monde ouvert, c'est à dire que l'on peut s'y promener à loisir pour rejoindre l'une ou l'autre activité proposée. Le jeu est clairement orienté arcade, très loin donc d'une simulation réaliste. Il est possible d'exploser à peu près tout le mobilier urbain ainsi que les voitures des conducteurs prudents qui ont le malheur de croiser notre route, avec le plaisir indéniable de froisser la tôle de bolides hors de prix. Au gré de nos pérégrinations on tente des sauts à travers les panneaux publicitaires et on passe devant les radars pour se faire flasher à pleine vitesse afin de faire progresser notre réputation en ville. Car la réputation c'est important pour un fou du volant et celle-ci influe sur notre niveau de pilotage. 
Need for Speed route © Electronic Arts
Pour progresser dans l'histoire il faut gagner des courses. Nombreuses et variées, elles vont du dragster au rallye tout terrain en passant par des défis de dérapage. Tyler doit faire appel à ses potes et monter un "crew", une équipe de pilotes de choc qui viendra s'opposer au Clan. A travers ces personnages on prend donc le volant de différentes voitures dédiées à chacun des types de courses. En parallèle nous sont proposées des missions plus scénarisées ou l'on doit, par exemple, voler une voiture ou convoyer un personnage important. Ces rodéos urbains sont l'occasion de sortir le grand jeu avec des scènes d'actions très hollywoodiennes qui s'inspirent grandement des "Fast and Furious". Rappelons que la série aime tellement les films de voiture qu'elle en avait elle-même sortie un en 2014 intitulé sobrement "Need for speed".
Need for Speed tuning © Electronic Arts

Dans tuning il y a thune

Tous les possesseurs de voiture savent à quel point ces petits objets coûtent cher. Il en est de même dans le jeu où tout est payant. Des bolides aux améliorations techniques, il faut sans cesse cracher au bassinet pour s'offrir un joujou ayant la capacité de rivaliser avec des adversaires de plus en plus fort, sans parler des innombrables aménagements esthétiques propres à dérouiller le plus blasé des amateurs de tuning. Pour obtenir les précieux dollars il faut "farmer" c'est à dire participer aux courses de façon répété ou faire chauffer la carte bleue (de façon bien réelle) en achetant des caisses d'approvisionnement. 

Cette nouveauté pourrait bien mettre un sérieux coup de frein aux ambitions de certains pilotes peu enclins à la patience et/ou réfractaires aux péages. Pour les pingres, il est possible de rechercher des épaves dans le désert dont il faudra également retrouver certaines pièces disséminées sur la carte avec un système d'indice. Cette chasse au trésor offre une parenthèse plutôt réussie et les véhicules ainsi reconstitués peuvent à terme devenir de vraies pépites.
Need for Speed payback © Electronic Arts
Sans être extrêmement beau, le jeu est plutôt vivant et surtout très varié avec une carte assez vaste. On retrouve le coté fun et arcade des précédents opus avec les courses-poursuites endiablées contre la police. Le scénario est à l'image des films dont il s'inspire et ne devrait pas, à priori, être nominé aux Oscars, mais il a le mérite de nous pousser à piloter toujours plus vite pour faire avancer l'histoire. On peut regretter l'apparition de l'argent qui a tendance à freiner la dynamique et nous empêche d'accéder à toutes les voitures. Même s'il y a des joueurs qui apprécient l'accumulation de richesse et le principe du "farm", les micro-transactions payantes qui ont tendance à se multiplier dans certains jeux récents risquent de rebuter plus d'un pilote chevronné. "Payback" en anglais peut avoir plusieurs sens et les "bénéfices" que compte tirer l'éditeur Electronic Arts de Need for Speed pourraient bien se traduire par "remboursez !" pour certains joueurs.