Festival Interceltique de Lorient : Les 40 bougies du Bagad de Lokoal-Mendon

Par Culturebox @Culturebox
Mis à jour le 02/08/2013 à 15H56, publié le 02/08/2009 à 12H09
Festival Interceltique de Lorient : Les 40 bougies du Bagad de Lokoal-Mendon

Festival Interceltique de Lorient : Les 40 bougies du Bagad de Lokoal-Mendon

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_478993@Culture

Le bagad Ronsed-Mor de Lokoal-Mendon fêtera ses quarante ans à l'occasion du Festival Interceltique 2009 de Lorient, en invitant dans ses rangs Pat O'May, Louise Ebrel, Gilles Servat, Dom Duff, Samuel Le Henanff et Pascal Lamour. Les concerts auront lieu le 5 août 2009 à l'Espace Marine de Lorient, le 8 à Paimpol et le 15 à Pluvigner. Leur album "Kejaj" est sorti depuis le 23 juillet.

En breton, le mot "Bagad" signifie groupe. Il provient de l'abréviation de "Bagad ar sonerion" littéralement les groupes de sonneurs. Le Bagad est une formation musicale héritée des Pipe Band écossais. Lorsqu'il y a plusieurs Bagads, on parle alors des "Bagadoù". Le bagad de Lann-Bihoué, rendu célèbre par une chanson d'Alain Souchon, est officiellement le seul bagad militaire français. Il a été créé en 1952 sur la base navale de Lann-Bihoué, près de Lorient, par des marins bretons. A partir de 1956, les conscrits pouvaient demander à faire leur service au sein du Bagad, les musiciens étant les gardiens du répertoire, chacun pouvait y apporter ses influences et la culture de son propre terroir. En 1969, le Ministre en charge de la défense, Michel Debré, ordonna sa dissolution, mais face à la levée de boucliers des élus locaux, du public et des médias bretons, le projet fût vite abandonné. En 2007, à l'occasion du 55ème anniversaire du Bagad de Lann-Bihoué, Alain Souchon vint interpréter pour la première fois, trente ans après son succès, la fameuse chanson accompagnée par la formation militaire. Contrairement aux croyances, le bagad n'est pas une tradition ancienne, héritée directement des Celtes. Le premier bagad n'a été créé qu'en 1932 à Paris par Hervé le Menn et un groupe de bretons exilés dans la capitale. Moins traditionnels et moins formels que les Pipe-band écossais, le bagad qui repose sur trois ensembles : les binious, les bombardes et les percussions, ce qui lui permet d'aborder un répertoire plus large que celui de son lointain cousin écossais. Il donne également une liberté plus importante dans l'interprétation et l'expression des sensibilités des différents terroirs. Le plus titré des bagads est  le "Bagad Kemper", élu à dix-neuf reprises champion de Bretagne.