Fest'arts, les arts de la rue embarquent les Libournais en voyage imaginaire

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 07/08/2009 à 10H00
Fest'arts, les arts de la rue embarquent les Libournais en voyage imaginaire

Fest'arts, les arts de la rue embarquent les Libournais en voyage imaginaire

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_479063@Culture

L'imaginaire s'est emparé des rues de Libourne. Fest'arts bat son plein jusqu'au 8 août 2009. 36 compagnies ont été invitées, pour 150 représentations.

Ce rendez-vous des arts de la rue est né en 1990, timidement. Une volonté de faire partager aux Libournais un nouvel univers, celui de la création contemporaine en plein air, tout en douceur. "La rue est en fête" a donc vu le jour dans la foulée de la fête de la musique. Pari réussi, quelques milliers d'habitants de la ville sont venus assister aux représentations. Trois ans plus tard, le festival est né, sous le nom de baptême de Fest'arts. aujourd'hui, 40 000 personnes se pressent pour découvrir toute l'inventivité des arts du cirque, du théâtre et de la danse. ça ne manque jamais. Chaque fois, les nouveaux rendez-vous d'arts de la rue trouvent leur public. Aurillac, Chalon sont devenus des incontournables. Les raisons sont nombreuses. Ces arts se sont toujours voulus populaire. L'essentiel n'est pas de séduire des critiques, ou des spectateurs avisés, ou encore tel ou tel type de public. Les arts de la rue sont fédérateurs, emmènent dans leurs voyages petits et grands, férus de culture ou novices. Il y a aussi cette magie de la transgression. On se retrouve à s'assoir par terre, sur le bitume, au beau milieu d'une rue, le temps d'un spectacle. On se laisse approcher par un clown, on fait des grimaces, on pousse des cris d'étonnement, on éclate de rire. Il y a aussi ce talent des artistes qui viennent chercher le public au plus près, qui multiplient les créations, qui se débrident sans cesse en osant tout, en essayant tout. En somme, un espace de liberté complète dans un monde où la création s'est bourrée de codes, et s'est retrouvée à régler sans cesse des affaires administratives ou financières.