Mathilde Monnier et James Ellroy: l'intelligence du corps et le poids des mots. "Des mots, l'été..." Emission 63. 2001.

Philippe Lefait
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 06/08/2014 à 23H20, publié le 06/08/2014 à 20H00
émission été 6 illu

"des mots, l'été..." Ces quelques semaines sont, pour nous, une occasion de penser et de concevoir une "bibliothèque idéale". De vous proposer quelques-unes des émissions qui ont jalonné vingt d'un magazine culturel exigeant qui s'est d'abord appelé "Le cercle de minuit". Cet appel à la mémoire... parce que nous pensons que le numérique n'est pas seulement cette immédiateté...

Le moins que l'on puisse dire de ces deux-là, c'est qu'ils sont obsédés par le travail. Mathilde Monnier par la danse, puis la chorégraphie et on n'imagine pas aujourd'hui que mener le CND soit une synécure.
Elle incarne parfaitement la mission de service public qui va avec le lieu et veut développer son rayonnement international. Il y a quelques grandes étapes dans un parcours marqué par l'exigence. En 1994, quand elle succède à Dominique Bagouet au Centre chorégraphique national de Montpellier. Quand, elle s'intéresse avec Sclavis à l'écriture du jazz ou qu'elle porte attention à l'autisme. Elle a également travaillé au Burkina Faso avec  Salia Sanou et Seydou Boro.
En 2005, Claire Denis lui a consacré un documentaire Vers Mathilde.
En 2001, sur le plateau Des mots, je sens chez ces deux-là, une grande puissance intérieure. Chez l'une une détermination douce. Chez l'autre, une tranquillité rageuse...

https://videos.francetv.fr/video/NI_150713@Culture

La première fois que j'ai rencontré James Ellroy, c'est grâce à François Guérif dont on ne dira jamais assez la passion et travail de défrichage en matière de romans dits policiers. C'était en mai 1989. Sa démarche chaloupée avait attiré notre regard, à l'occasion d'une "série noire a2" que nous tournions avec Pascal Stelletta pour le journal de la rédaction
d'Antenne 2.
Démarche james Ellroy
Il était alors revenu de toutes ses addictions mais son corps gardait cette trace. Il publiait à l'époque Le grand nulle part et Il était en passe de devenir l'un des auteurs de romans noirs américains les plus remarqués. Son chien du moment s'appelait Barko et sa devise était: "Noir, noir, noir!!!"
Douze années plus tard, en 2001, le voilà sur le plateau Des mots de minuit avec Mathilde Monnier. L'insondable de l'Amérique continue de nourrir sa curiosité et l'écriture l'apaise évidemment même si ses gouffres de jeunesse sont inassimilables.   
Musique dans des mots de minuit avec Henri et Sébastien Tixier pour rempart d'argile et le groupe FLOR DEL TANGO qui interprète Maria.

La page facebook des mots de minuit, une suite…  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@DesMotsDeMinuit