Des mots: Michal Govrin, Laurence Équilbey, Piotr Anderszewski, Patrick Rambaud. Musique: Fresu, Galliano, Lundgren

Philippe Lefait
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 19/02/2018 à 09H08, publié le 18/02/2018 à 18H00

Quand l'écrivaine israélienne fait du "texte sacré" une source de son écriture; quand le romancier choisit la parodie pour mémorialiser le règne Sarkozy; quand un musicien n'est que musique; quand une chef de chœur et d'orchestre insiste sur la puissance et la portée de la voix; quand piano accordéon et trompette s'accordent pour un "mare nostrum" ...

  • Des Mots De Minuit : émission N°301 du 19 mars 2008.
  • Réalisation: Pierre Desfons
    Rédaction en chef : Rémy Roche
    Production: Thérèse Lombard et Philippe Lefait
    © DMDM/France2

  • CONVERSATION :
  • Je crois que l'hébreu comme langue qui redevient moderne, c'est un émerveillement pour le genre humain, un miracle dans le sens où c'est une langue qui est tellement ancienne, dans laquelle existent des écrits qui appartiennent à une grande partie de l'humanité, et qui a été considérée comme une langue écrite par les Juifs du monde entier ... Elle juxtapose citations de la bible et argot. Elle contient la mémoire d'une civilisation.

    Michal Govrin. DMDM, 2008.
  • DMDM #301 Michal Govrin © DMDM/France 2

    Michal Govrin ... Née dans une famille laïque, elle est venue en France au début des années 70 étudier le théâtre. Proche de Derrida et Levinas elle a renoué avec les grands textes de la tradition juive pour irriguer son écriture (dans cette émission : "Sur le vif" publié chez Sabine Wespieser et traduit par Valérie Zenatti ) et sa vie. Elle évoque l'hébreu, l'importance du livre pour elle, son arrivée à Paris, sa quête d'identité juive. Politiquement de gauche, elle est pour la non appropriation de la terre entre Juifs et Palestiniens. 

    DMDM #301 Objet Michal Govrin

    © DMDM/France 2

    "L'objet qui la prolonge ..." La Torah (l'enseignement divin transmis par Moïse) ...  Plus généralement, elle dit étudier les textes juifs de manière existentielle. 

J'ai deux machines à écrire. C'est mon outil de travail. pourquoi voulez-vous que j'en change. Il n'est pas nécessaire d'aller plus vite avec l'informatique. C'est une très grave erreur d'aller plus vite. Emmanuel Berl disait: "Écrire, c'est recopier!" On refait! Dans les maisons d'édition on voit très bien quand c'est écrit sur l'ordinateur. C'est bavard. Il y a trop de choses. Il faut refaire pour que le rythme tourne. Tout refaire à chaque fois. Or l'écran l'empêche. Il y a une dimension métallique de la machine, un rythme. C'est comme pour les vieux disques. On y entend les doigts qui glissent sur la corde. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Patrick Rambaud. DMDM, 2008.
DMDM #301 Patrick Rambaud © DMDM/France 2
L'écrivain pour son livre parodique "Chronique du règne de Nicolas Ier". Il parle de sa machine à écrire, de certains de ses romans, de ses techniques de travail, de son travail de journaliste ou de "nègre" pour d'autres afin de faire bouillir la marmite. Il est membre de l'académie Goncourt. 
DMDM #301 Objet Patrick Rambaud © DMDM/France 2
"L'objet ..." : son cendrier portatif

Je ne vois pas d'autres options avec la musique que d'y être dédié entièrement. Je ne sais pas si c'est corps et âme mais c'est tout comme. C'est un dévouement total. J'aimerais faire autrement mais je ne peux pas.

Piotr Anderszewski. DMDM, 2008.
DMDM #301 Piotr Anderszewski © DMDM/France 2
Piotr Anderszewski, de père polonais et de mère hongroise est pianiste. Il évoque ses origines, l'écrivain Witold Gombrowicz, ses relations avec la musique, son exclusivisme vis à vis de certains compositeurs. Bach, Mozart ou Beethoven ("Les Variations Diabelli").

"L'objet qui le prolonge ..." est un caillou souvenir. Il l'a ramassé sur un chemin de colline près de Lyon où il a passé quatre ans et alors qu'il avait 10 ans. À l'occasion d'une promenade de fin d'année scolaire, pour marquer ce qu'il a pensé être "le plus beau jour de sa vie" ...

 
  • On sait que le disque souffre. Mais c'est important de garder quelque chose de tangible. Dans les coffrets, il y a un livret, des textes explicatifs. Ce sont de vrais objets. Musicologiquement, intellectuellement, il y a matière et support utiles ...
    Par ailleurs les œuvres avec voix touchent énormément le public. c'est un instrument qui véhicule beucoup de tension et d'émotion... Dans le contemporain, ce qui émeut le plus le public, c'est la voix. Il y a là des formes de catharsis.

    Laurence Équilbey. DMDM, 2008.
  • DMDM #301 Laurence Équilbey

    © DMDM/France 2

    Laurence Équilbey chef d'orchestre, à l'occasion de la publication de "Transcriptions". Elle dresse le bilan de ses 10 ans au sein du Choeur de chambre Accentus.

    DMDM #301 Laurence Équilbey objet © DMDM/France 2

    "L'objet qui la prolonge ... " :  Elle parle d'un diapason électronique à l'usage des choristes et instrumentistes à cordes. Il est utilisable en cocert avec oreillette, intègre les tiers et quarts de ton. Une "machine" dit-elle qui vient de sortir. 

  •  
  •  
  • MUSIQUE :
  • - Paolo Fresu, Richard Galliano et Jan Lundgren interprètent "Chat pitre" et "Mare Nostrum" ("album contemplatif empli de spleen, de chagrin et d’affliction")
  • DMDM #301 Fresu Galliano Lundgren

    © DMDM/France 2
  • ► Accès à la vidéothèque... 

 DMDM, L'Émission... 

 nous écrire, s'abonner à la newsletter: desmotsdeminuit@francetv.fr

► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

► @desmotsdeminuit