Des mots: les auteurs Abdel-Hafed Benotman et Emine Sevgi Ozdamar. Musique: Jorane, Ramiro Naka, Hanna Schygulla

Philippe Lefait
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 28/01/2018 à 22H00, publié le 28/01/2018 à 18H00

17 ans entre l'enregistrement et la remise en ligne de cette émission avec une militante, femme, turque immigrée en Allemagne et un "repris de justice" algérien, de famille naturalisée en France, auteur de polars. Ce qu'ils disent des situations dans leur pays fait toujours écho à des situations contemporaines attentatoires aux droits de l'homme. Métis! Radical! Joyeux! Et musical C'est DMDM!

Des Mots De Minuit : émission n° 59 du 21 mars 2001 enregistrée à l'occasion du 21ème salon du livre à Paris dont l'invitée est l'Allemagne  
Réalisation: Pierre Desfons
Rédaction en chef : Rémy Roche
Production: Thérèse Lombard et Philippe Lefait
© desmotsdeminuit.fr/France2 
 
  • MANIÈRES DE VOIR :
  • En 1971, j'étais une jeune femme de 22 ans et je voulais aller aider, à la frontière turco-irakienne les paysans kurdes qui souffraient de la famine. Pour éviter les représailles, comme femme et comme militante, mon père m'avait donné sa chemise pour me faire passer pour un homme. J'avais même pensé à porter une fausse moustache ...

    Emine Sevgi Ozdamar. DMDM, 2001.
  • DMDM #59 Emine Sevgi Ozdamar

    © DMDM/France 2
    Emine Sevgi Ozdamar auteure et actrice turque francophone, établie en Allemagne. Elle évoque son parcours théâtral, l'immigration turque en allemagne, son vécu en tant qu'immigrée de la chute du mur, son apprentissage de la sexualité, la famine de 1971 en Turquie, le putch raconté dans son livre et son expérience de "révolutionnaire" dans son pays (son souvenir de personnes tuées ou emprisonnées). Ses références: Godard, Brecht, Wilde, Buñuel.
  • Son livre est publié chez Pauvert. 
  • "Istanbul,1966. Jeune fille turque au caractère entier, la narratrice du pont de la corse d'or décide un beau jour de partir comme ouvrière chez Telefunken. elle se retrouve dans un "fouayé" à berlin, animé par un directeur artiste et communiste qui prend en charge son éveil politique et culturel. après la découverte de Brecht, Dostoïevski, Rosa Luxembourg, il ne lui reste plus qu'à se débarrasser de sa virginité, "diamant" bien encombrant en occident... "l'extraordinaire imagination de l'écrivain s'allie à une stupéfiante créativité verbale, impossible à imiter, mélange de poésie et de langage cru, d'ironie et de tendresse." Juan Goytisolo : "Emine Sevgi Ozdamar est le premier auteur à faire vivre par son écriture charnelle et puissante notre univers multiculturel". Daniel Cohn-Bendit : "À la fois drôle et terrible, elle écrit avec un orgueil magnifique qui n'est plus depuis bien longtemps l'apanage des privilégiés." Elle a obtenu le prix littéraire Ingebord Bachmann en 1991, le plus prestigieux en allemagne. "La vie est un caravansérail" (1992), son premier roman, a été traduit en quatorze langues." © Pauvert

Je suis athée ... Avec une assistante sociale en milieu carcéral, on arrive à faire un dossier afin que je puisse sortir en permission avant qu'un arrêté d'expulsion arrive. Ce qui m'a permis de me mettre en cavale. J'ai estimé que le fait d'être en cavale était un acte de légitime défense par rapport à l'explusion. En 94-95, les risques étaient grands puisqu'on arrive menottés avec un casier judiciare dans un pays où sévissait le GIA.

Abdel-Hafed Benotman. DMDM, 2001.
  • DMDM #59 Abdel-Afed Benotman

    © DMDM/France 2
    Abdel-Hafed Benotman (1960-2015)  pour son recueil de nouvelles : "Les forcénés"textes très forts sur les thèmes de la douleur et de la cruauté. Une évocation de ses 15 ans de prison. Il revient sur son parcours: son expérience des enfants maltraitrés, son regard sur la société, son idée de la cruauté, son ressenti des cours d'assises (il y comparaît à l'âge de 18 ans), son regard sur les avocats, la tentation de la récidive, sa cavale pour éviter l'expulsion en Algérie en 1994, sa lutte anti-carcérale. 
L'ACTUALITÉ CULTURELLE :
Dieter Strauss, directeur du Goethe Institut. Il évoque au passage le manque d'intérêt des français pour la culture allemande ... 
  •  
  • MUSIQUE :
  • Ramiro Naka, chanteur de Guinée Bissau (avec son groupe percussion et fado) chante "Mata Saudade" 
  • DMDM #59 Ramiro Naka © DMDM/France 2
  •  
  • Joranechanteuse et violoncelliste, interprète "Dit-elle" ...
  • DMDM #59 Jorane © DMDM/France 2
Hanna Schygulla chante "De la bonté du monde"  
DMDM #59 Hanna Schygulla © DMDM/France 2

Accès à la vidéothèque... 
 nous écrire, s'abonner à la newsletter: desmotsdeminuit@francetv.fr

► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

► @desmotsdeminuit