1994-2014. Toujours faire mémoire pour le Rwanda. En 1999, Yolande Mukagasana témoignait. Voici ses mots de minuit...

Des mots de minuit
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 25/12/2015 à 14H24, publié le 09/04/2014 à 16H53
La photo du bourreau...

La photo du bourreau...

© PL

1994-2014. Il y a 20 ans, au Rwanda, un génocide anéantit 800 000 personnes. La « communauté internationale », dont la France, agit. Trop mal, trop peu, trop tard. Aujourd’hui, le pays se reconstruit. On s’y oblige à n’être plus Tutsi ou Hutu, victime ou bourreau. On se veut Rwandais et forcément voisins. Mais les fantômes entretiennent un à vif, une plaie mémorielle…

Infirmière anesthésiste à Kigali, Yolande Mukagasana a été victime du génocide de 1994. Surivante, elle a perdu ses trois enfants et sa famille. Cet anéantisseemnt est au coeur de deux récits autobiographiques, La mort ne veut pas de moi  et N'aie pas peur de savoir.  Elle a également publié des contes et coécrit, avec Jacques Delculvellerie et Le Goupov la pièce de théâtre Rwanda 94.

Elle témoigne en décembre 1999, invitée avec l’écrivain Frédéric Roux Des mots de minuit. A l’époque, elle porte sur elle les photos des bourreaux de ses enfants qu’elle va voir en prison. Pour elle, une façon de faire mémoire pour continuer à vivre.   

 

https://videos.francetv.fr/video/NI_146835@Culture