Christian Schiaretti enflamme "L’Échange", le drame de Paul Claudel. Le théâtre sur "des mots de minuit"

Mis à jour le 20/12/2018 à 17H01, publié le 08/12/2018 à 12H00
Marc Zinga et Louise Chevillotte

Marc Zinga et Louise Chevillotte

© Michel Cavalca

D’une scabreuse affaire d’argent et de trahison avec, en toile de fond, les États-Unis, le poète tire une tragédie au lyrisme sauvage, dont cette mise en scène de haute précision rend admirablement compte. Une réussite servie par un quatuor d’acteurs en parfaite symbiose et au souffle puissant.

L’Amérique est une plage quelque part au fond d’une baie. Une plage tournée vers l’Est, vers L’Europe. Résumer tout un pays, ses villes, ses gratte-ciel, ses usines, son commerce florissant à ce paysage emblématique bordé par les vagues de l’océan Atlantique peut sembler paradoxal. Pour Claudel, au moment où il écrit L’Échange, c’est la meilleure façon d’exprimer ses sentiments mitigés face à ce nouveau monde où, jeune diplomate en poste à New York puis à Boston, il n’a jamais été à son aise. 
Dans cet espace ouvert entre mer et ciel, il installe quatre personnages ou plus précisément deux couples: Marthe et Louis Laine, d’un côté, et, de l’autre, Thomas Pollock et Lechy Albernon. Respectivement interprétés par Louise Chevillotte, Marc Zinga, Robin Renucci et Francine Bergé. 
C’est peu dire que la pièce est le contraire d’un huis clos, même si on peut considérer que, dans une certaine mesure, les personnages sont enfermés en eux-mêmes ou, en tout cas, fortement éprouvés par la situation dans laquelle ils sont pris. Au point que le lieu où ils s’affrontent relèverait presque du champ de bataille. 
Dans la mise en scène présentée en ce moment par Christian Schiaretti, le sol veiné de rouge, de mauve ou de noir du décor conçu par Fanny Gamet évoque un terrain volcanique significatif du feu qui couve en chacun d’eux. L’ensemble baigne dans une lumière tamisée et quand les comédiens s’éloignent vers le fond du plateau, ils disparaissent dans une obscurité épaisse, un noir immense et insondable qui, vers la deuxième partie du spectacle, sera piqué d’étoiles.

Claudel et un drame en vers 

Tout commence par une forte pluie de sable qui rebondit violemment sur le plateau. Résumé en quelques mots, l’argument de L’Échange pourrait être la trame d’un roman ou d’un scénario de film. De jeunes époux désargentés, peut-être mal assortis. Une aventurière sans attaches. Un homme d’affaire pour qui l’argent peut tout acheter; une femme, par exemple. Sauf que nous sommes bien au théâtre dans un drame qui respecte à la lettre la règle classique des trois unités: de lieu, de temps et d’action – la pièce débute et s’achève au lever du jour. 
Et puis il y a le vers, ce vers claudélien de longue haleine, avec sa portée lointaine. Même s’il prend toujours pied dans la réalité concrète, parfois même triviale, éprouvée par celui ou celle qui l’énonce, le vers la dépasse ou la déporte; d’une part parce qu’il est une musique qui se suffirait presque à elle-même, mais surtout par son effet d’élévation. 
Claudel, fasciné par Rimbaud, mais aussi par Eschyle qu’il traduisait en français à l’époque où il écrivait L’Échange, a forcément appris aussi des cadences innovantes du vers libre de Walt Whitman, le poète américain par excellence. Comme ce dernier Claudel est un poète de grand air, ce que souligne très finement un de ses meilleurs commentateurs, Charles-Albert Cingria: "Claudel est un coléoptère, et, s’il s’envole, cela prend ce même temps et il faut voir le bruit que ça fait !".  

Parade sauvage

Ce bruit, ce temps, Christian Schiaretti les restitue au plus près dans ce spectacle où il se montre particulièrement à son aise avec un auteur pourtant réputé difficile. Le choix de Francine Bergé dans le rôle de Lechy Elebernon est notamment des plus judicieux. Car cette comédienne aguerrie, qui n’en n’est pas à sa première incursion dans le théâtre de Claudel, joue à la perfection son rôle d’aiguillon essentiel à la dynamique du drame. 
Lechy est une femme libre. Comédienne, aventurière, elle suit volontiers ses impulsions. Séduire Louis Laine est pour elle un jeu d’enfant. Au début de la pièce, on le découvre allongé sur le sable après s’être baigné dans l’océan. Marthe, son épouse, lui demande où il a passé la nuit. Avec Lechy, bien sûr. Mais comment l’avouer à celle qu’il a ramenée d’Europe, qui a quitté sa famille pour le suivre. Louis a du sang indien dans les veines. Il voit le monde, la vie comme un immense champ de possibilités. À peine marié, il aspire à de nouveaux horizons. Seulement il n’a pas un sou en poche. D’où son arrangement avec Thomas Pollock: il lui cède Marthe contre mille dollars. À l’insu de cette dernière, évidemment. 
Robin Renucci, Francine Bergé, Louise Chevillotte et Marc Zinga

Robin Renucci, Francine Bergé, Louise Chevillotte et Marc Zinga

© Michel Cavalca
Le fait que dans le spectacle Robin Renucci et Francine Berger n’appartiennent pas à la même génération que Louise Chevillotte et Marc Zinga s’avère redoutablement efficace sur le plan dramatique. Comme si les deux jeunes gens étaient les proies de leurs aînés. Construit sur cette opposition, l’ensemble, vivement mené, a quelque chose d’une parade sauvage où se nouent des rapports de force d’autant plus insidieux que rien n’est jamais joué d’avance. Ni les uns ni les autres ne dominent une situation comparable à un bûcher ardent dont chacun alimenterait plus ou moins volontairement les flammes. 
Le temps ainsi consumé file au gré d’un rythme à la fois dense et enlevé d’une étonnante légèreté à laquelle n’est pas étrangère l’ironie en sourdine de l’auteur. Une drôlerie féroce traduite d’autant mieux par Robin Renucci que son jeu, toujours sobre et mesuré, rend encore plus saillant, quoique avec un naturel désarmant, le cynisme foncier du personnage. La maison peut brûler et les billets de banque voler de toutes parts comme dans un film de Georges Lautner, jamais il ne se départit de son calme. 
De son côté, Francine Berger, même ivre, ne s’abandonne pas totalement, conservant au contraire ce qu’il faut de retenue pour offrir un effet maximal dans la transgression. Difficile, du coup, de résister à un couple aussi coriace. Face à un tel défi, le jeu sans doute plus haletant et saccadé de Marc Zinga et Louise Chevillotte n’est pas moins remarquable, car traversé de fulgurances, il est investi d’une ferveur – tout particulièrement en ce qui concerne le personnage de Marthe – qui n’est pas pour rien dans la réussite de ce très beau spectacle.
 
L’Échange (première version), de Paul Claudel, mise en scène Christian Shiaretti
avec Francine Berger, Louise Chevillotte, Robin Renucci et Marc Zinga
 
► nous écrire: desmotsdeminuit@francetv.fr
► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
► @desmotsdeminuit