Martial Solal, rencontre avec une légende du jazz. Paroles et musiques #10

Mis à jour le 01/12/2018 à 19H19, publié le 01/12/2018 à 18H00

Interviewer une légende du jazz de la dimension de Martial Solal a de quoi impressionner. Soixante ans de carrière, un palmarès de diva, une connaissance encyclopédique, une reconnaissance mondiale, des disques entrés dans l’histoire à la pelle…N’en jetez plus! Alors on prépare pour lui 200 questions que l’on sait inutiles en les pensant. Et si on improvisait Monsieur Solal?

Et ce cadeau en guise de bienvenue chez lui : Histoire de blues, sa dernière composition toute en liberté, juste pour nous, pour vous, une première intime. Il est 16 heures, le 28 novembre 2018.

Martial Solal, C'est qui ? 

État civil:  Nom, Solal. Prénom Martial. Né à Alger le 23 août 1927. 
Instruments: Le piano. Tous les pianos. Tout le temps le piano.  
Formation: Les scènes, les studios, les clubs de jazz, les radios, les salles de concert du monde entier. Les rencontres à perte de nuits. Le jazz 24/24. 
Particularité: Compositeur de pages mythiques de l'histoire des musiques de films. Exemple, Léon Morin prêtre de Melville, ou encore À bout de souffle d'un certain JLG. Compositeur de musique savante pour orchestres classiques. 
Un très prestigieux concours international de piano jazz organisé tous les quatre ans porte son nom.
Complices: Pas compliqué. Vous prenez un dictionnaire du jazz, et vous cherchez plutôt avec qui il n'a pas joué. Ce sera plus rapide. Sinon, il enregistra et joua avec tout ce qui compte depuis 60 ans sur la scène mondiale du jazz. Quelques exemples particulièrement impressionnants: Django Reinhardt, (et oui) Don Byas Kenny Clark, Sidney Bechet, Art Farmer, Joachim Kühn, Lee Konitz Chet Baker ou encore Stéphane Grappelli...liste sans fin. Plus de 50 disques enregistrés sous son nom. 
Ce qui surprend encore: Sa modestie alors qu'il est un immense musicien dont l'importance va bien au delà des frontières du jazz européen.
Dernier disque en date: Histoires improvisées. Un disque d'une liberté savante, époustoufflante. D'une jeunesse!
Un modus operandi limpide:  Un chapeau. Des petits mots que Solal pioche. Et l'improvisation qui suit. Pas plus compliqué. Aussi compliqué que ça. Un voyage exclusif dans la tête d'un grand improvisateur. 
Regard: Jamais insistant, toujours légèrement perplexe et pétillant, dejà illuminé par la prochaine drôlerie à venir. Beaucoup de pudeur aussi. 
Phobies: A en horreur la routine des musiciens. 
Points forts: Sa technique infaillible mise à part, une connaissance encyclopédique et précise du clavier, ainsi qu'un savoir époustouflant de l'harmonie jusque dans ses recoins les plus mysterieux. 
Signes musicaux particuliers: La lucidité de son imagination, son goût du risque ainsi que sa sensibilité absolue. Goût des rythmes complexes, liberté tonale. 
Lieu et date de la rencontre: Une maison cachée au mlieu des arbres centenaires, dans une ville cossue de la grande banlieue parisienne. Demeure de maître. Normal. Salon de bois et de velour avec un piano au milieu, comme si toute la maison avait été construite autour de cet instrument-roi. Un silence splendide, quand le maître ne joue pas. 

Martial Solal, au parloir! 


À samedi prochain pour une nouvelle rencontre. 

 Paroles et Musiques: toutes les rencontres

► nous écrire, s'abonner à la newsletter: desmotsdeminuit@francetv.fr
► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
► @desmotsdeminuit