Mot à mot avec Clovis Cornillac, réalisateur et acteur: quand le méchant veut se faire Belle mais pas que...

Mis à jour le 30/10/2018 à 21H43, publié le 08/02/2018 à 18H00

Le jeu de mots du titre est d'une facilité déconcertante. Son deuxième degré qui joue l'ambivalence est plus intéressant. Car voilà un comédien qui du Mahâbhârata à Astérix, des Chevaliers du ciel à Langhoff étonne par ses écarts de registre. Grands textes et aura populaire ne sont pas donnés à tout le monde. Que ce fort en présence soit en plus sympathique vivifie ce "mot à mot" sarladais...

Petit rappel: Clovis Cornillac naquit en 1968 avant donc d'être dirigé notamment par Matthias Langhoff ("Philoctète" d'Heiner Müller), par Peter Brook ("Le Mahâbhârat" à Avignon) et surtout Alain Françon ("La mouette" d'Anton Tchekhov). Plus largement, cinquante pièces et une quinzaine d'années de théâtre subventionné. Ce qu'on ne lui sait pas forcément.
"L'Hôtel du libre échange" de Georges Feydau mis en scène par Alain Françon. La colline, 2008.

"L'Hôtel du libre échange" de Georges Feydau mis en scène par Alain Françon. La colline, 2008.

© Bertrand Rindoff Petroff (GettyImages)
Né et fidèle lyonnais, fils de comédiens, Il se veut enfant de la balle. D'où, dit-il, lui viennent un sens de l'humilité et un tropisme "provincial" sans que ce qualificatif ait une quelconque nuance dépréciative. De fait, il commence, haut comme trois pommes, avec maman - Myriam Boyer - dans un feuilleton télévisé. Il a 13 ans. À 14, il part s'initier au théâtre, enchaîne comme Hors-la-loi chez le réalisateur Robin Davis en 1985, fait Karnaval chez Thomas Vincent, est dirigé par Jean-Pierre Jeunet. Le reste est une longue série de films pour grands et petits écrans dans laquelle le cinéma dit d'auteurs ne lui prête guère attention et dans laquelle, en bonne incarnation d'Astérix, il échoue à redorer l'accueil critique du film d'Édouard Baer.
On le dit "travailleur acharné". Ce qui ne nous étonne pas. Question de feeling... Viennent l'écriture et la réalisation: "Un peu, beaucoup, aveuglèment" en 2015 et en 2018 "Belle et sébastien 3 le dernier chapitre". C'est à l'occasion d'une avant-première de ce film que nous l'avons rencontré au festival de Sarlat à l'automne dernier pour ce "mot à mot" dont le première proposition est: "petit". Une histoire de boxe, commencée trop tôt qui a oublié de le faire plus grand.
Clovis Cornillac DMDM février 2018

Voir tous les mot à mot...

La page facebook des mots de minuit,  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications. 

@desmotsdeminuit