CINE : Benjamin Laverhne: le drôle de zèbre du goût des merveilles...

Des mots de minuit
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 12/02/2016 à 15H55, publié le 14/12/2015 à 18H01

https://videos.francetv.fr/video/NI_570964@Culture

En 1988, "Rain man", le film de Barry Levinson a contribué à donner au grand public une vision de l'autisme. En France, "Intouchables", "La famille Bélier" sont des comédies récentes qui "normalisent" (font considérer) la différence. "Le goût des merveilles" est aujourd'hui une autre comédie où l'autre singulier peut rejoindre la société. Petites pierres utiles contre le réel du handicap.

Dans le film de Eric Besnard, Benjamin Lavernhe est un "zèbre", un terme qui en jargon médical désigne une personne dont le diagnostic est rare ou inattendu; qui peut aussi qualifier les "surdoués". De fait, un jeune homme, autiste Asperger, que le pensionnaire du français, donne l'impression d'incarner facilement en s'inscrivant, dans la coquille de son jeu, notamment par les postures et les regards dans cet à-côté de la norme. Ce qui lui a valu un prix d'interprétation au Festival de de cinéma de Sarlat en 2015.
C'est à cette occasion que nous l'avons rencontré pour ce motàmot.         


Le scénario du film (avec Virginie Efira, Benjamin Lavernhe, Lucie Fagedet, Léo Lorléac'h, Hervé Pierre, Hiam Abbass, Laurent Bateau, Nathalie Beder, France Darry, Valentin Merlet) :

"Depuis la mort de son mari, Louise élève seule ses deux enfants adolescents, Emma et Félix, en pleine Drôme provençale. Elle a hérité de l'exploitation agricole de son époux, des hectares de poiriers qu'elle gère avec difficulté, et doit parfois faire face à l'hostilité des gens. Un soir, sur la route, elle renverse un homme, Pierre. Elle décide de le ramener chez elle pour le soigner. Mais l'inconnu a un comportement singulier, avec notamment une capacité d'émerveillement qui étonne Louise. Tous deux enfermés dans ce qui ressemble à une bulle, ils apprennent à s'apprivoiser. Peu à peu, au contact de Pierre, Louise reprend goût à la vie..."

LGM

Notice biographique (©Comédie Française) :
"Après une licence d'information communication et des cours du soir à l'école Florent, Benjamin Lavernhe intègre la Classe libre et joue sous la direction de Jean-Pierre Garnier, Loïc Corbery, Paul Desveaux et Magali Léris. En 2008, il entre au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris, où il travaille sous la direction de Mario Gonzalez, Yann Joël Collin, Dominique Valadié, Alain Françon et Olivier Py. Il retrouve ce dernier en 2011 pour interprèter Benvolio dans Roméo et Juliette.
Il tourne pour la télévision en 2008 dans La Cagnotte et en 2009 dans Les Méchantes, deux films réalisés par Philippe Monnier. On a aussi pu le voir récemment au cinéma dans Radiostars de Romain Lévy et dans Un beau dimanche de Nicole Garcia.

Benjamin Lavernhe entre le 1er octobre 2012 à la Comédie-Française en tant que pensionnaire pour jouer Lycante dans La Place Royale de Corneille mise en scène par Anne-Laure Liégeois. Il interprète également Oloferno Vitellozzo dans Lucrèce Borgia de Hugo mise en scène par Denis Podalydès, Clitandre dans Le Misanthrope de Molière mis en scène par Clément Hervieu-Léger, Flûte dans Le Songe d'une nuit d'été de Shakespeare mis en scène par Muriel Mayette-Holtz, Tognino dans La Trilogie de la villégiature de Goldoni mise en scène par Alain Françon et Marcellus, Reynaldo, 3e comédien, un capitaine, un messager, Osrik et 2e fossoyeur dans La Tragédie d'Hamlet de Shakespeare mise en scène par Dan Jemmett. On a pu le voir également jouer Jean dans Un fil à la patte de Feydeau mis en scène par Jérôme Deschamps, Vladimir Karlovitch Rode dans Les Trois Sœurs de Tchekhov mises en scène par Alain Françon, Diomède dans Troïlus et Cressida de Shakespeare, mise en scène par Jean-Yves Ruf, Hippolyte, fils de Thésée et d'Antiope dans Phèdre de Racine mise en scène par Michael Marmarinos et Cléante dans Le Malade imaginaire de Molière mis en scène par Claude Stratz"
.

                                       _______________________________________

                                        Palmarès du Festival  du Film de Sarlat 2015
                                                          LONGS MÉTRAGES

  • « SALAMANDRE D’OR », Meilleur film, désigné par le vote du public, Prix de la Mairie de Sarlat:
                                                   DEMAIN de Cyril Dion et de Mélanie Laurent
 
  • PRIX DES LYCEENS, Meilleur film, désigné par le vote des lycéens, PRIX du CONSEIL REGIONAL D’AQUITAINE :
 
                                                   ROSALIE BLUM de Julien Rappeneau
 
JURY JEUNES SONY PLAYSTATION (vote du Jury Jeunes) : 
 
  • PRIX DU MEILLEUR FILM, désigné par le vote du Jury Jeunes, PRIX du CONSEIL GENERAL DE DORDOGNE :
 
                                                       ARRETEZ-MOI LA de Gilles Bannier
 
  •  PRIX D' INTERPRETATION FEMININE, désigné par le vote du Jury Jeunes :
 
NOEMIE LVOVSKY pour son rôle dans ROSALIE BLUM de Julien Rappeneau
 
 
  • PRIX D' INTERPRETATION MASCULINE, désigné par le vote du Jury Jeunes :
 
BENJAMIN LAVERNHE  pour son rôle dans LE GOUT DES MERVEILLES d’Eric Besnard
 

COURTS METRAGES (vote du Jury courts métrages)
 
  • 1er PRIX DU MEILLEUR COURT METRAGE, doté par l’école « Intérieur Déco » : SOUS TES DOIGTS de Marie-Christine Courtès
 
  • 2eme PRIX DU MEILLEUR COURT METRAGE, doté par « l’ESEC » : MAMAN(S)  de Maimouna Doucouré
 
 
PRIX DES FILMS réalisés par les LYCEENS pour le Bac 2015 (Jury des films du Bac), doté par GROUPAMA
 
  • 1er PRIX : Lycée Poincaré de Nancy pour Qui a peur du grand méchant Roux.
 
  • 2er PRIX : Lycée de la Communication à Metz pour La Nuit.
 
  • 3ème PRIX : Lycée Leconte de Lisle  à St Denis de la Réunion pour  Naufrage. 
 
 


La page facebook des mots de minuit,  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@DesMotsDeMinuit