Les lectures d'Alexandra."C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel Morel, écrivain

Mis à jour le 17/06/2018 à 20H20, publié le 17/06/2018 à 12H00

https://videos.francetv.fr/video/NI_1235525@Culture

L’humoriste François Morel -que son personnage dans les Deschiens a fait connaître du grand public- prouve sans en avoir l’air qu’il est un écrivain.

C’est un petit livre délicieux dont on voudrait ne jamais voir arriver la fin. Un concentré de fantaisie, d’humour et de poésie qui emprunte son titre à un poème de Pierre Reverdy. Qu’on se le dise François Morel est amoureux. Pas le François Morel que l’on connaît qui fait semblant d’être adulte. Mais le petit garçon de douze ans qui aimerait bien l’être, lui. Ne serait ce que pour approcher enfin "de manière pratique, concrète, ce que Simone de Beauvoir avait appelé le deuxième sexe". Dur, dur d’être un enfant. Alors, en attendant, le petit garçon de douze ans rêve de celle qui lui a fait chavirer le cœur et dont le nom est à lui seul une chanson d’amour: Isabelle Samain.

"Ah Isabelle! Sa grâce inouïe, sa beauté incomparable, son intelligence indépassable, ses seins naissants, sa bouche rosée, ses yeux verts, ses doigts graciles, ses pieds gracieux, ses cheveux longs. Ses fesses.
Les fesses d’Isabelle Samain
Sont des poèmes des refrains
Aidant les hommes à rêver
Il suffit de les contempler
Il est des fesses pragmatiques
Des fesses tristement pratiques
Utilitaires pour l’assise
On les dédaigne on les méprise
Les fesse d’Isabelle Samain
Comme un sentiment surhumain
Comme la mer dans le ciel
Sont infinies universelles…"

S’il n’y avait que les fesses d’Isabelle Samain… Mais il y a aussi les cheveux, les mains et les pieds bien sûr. (Re)voir la lecture! "Isabelle a des doigts de pieds qui sont fins, élégants, interminables. Des pieds de pianistes…"
 
Malicieux, tendre, François Morel raconte de manière, délicate et hilarante les premières amours de ce jeune garçon qui lui ressemble comme un frère. Il nous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître comme le disait Charles Aznavour. Ce temps où les adolescents lisaient encore des livres "Gilbert Cesbron et Paul Guth, la Comtesse de Ségur et Frison-Roche". Ecoutaient des 45 tours. Ce temps où Danièle Gilbert officiait encore à la télévision. Celui de son enfance qu’il croque avec tant de gourmandise que la nostalgie, quand elle affleure, n’a jamais de prise. Mais la plus grande trouvaille de ce petit livre réside dans l’usage que François Morel fait du général pour aller vers le particulier, quand d’aucuns font généralement l’inverse. "Les hommes ont treize ans depuis dix minutes et ne laisseront jamais dire que c’est le plus bel âge de la vie." Ne parlant de lui-même qu’à la troisième personne du pluriel, François Morel donne à ce petit roman mené de main de maître un charme et une drôlerie incomparables.
F. Morel "C'est aujourd'hui..."
Les éditions du Sonneur - 77 pages


  les lectures d'Alexandra
  la critique littéraire desmotsdeminuit.fr

► desmotsdeminuit@francetv.fr
 la 
page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
► @desmotsdeminuit