Feuilleton photographique. La vierge sainte du dessinateur Denis Sire: madone sévère…

Mis à jour le 20/03/2018 à 12H43, publié le 19/03/2018 à 12H00
Denis Sire illustration © Hervé Bacquer

"De New-York à Paris, en passant par bien d’autres lieux. J'ai découvert des gens, et des objets magiques qui, dans de minuscules éraflures, conservent les marques du temps. J'ai réalisé les portraits de ceux qui protègent ces empreintes de la disparition. Avec l'image de cette trace, j'ai préservé la mémoire de l’oubli." H. B

Denis Sire triptyque © Hervé Bacquer

Cette Sainte Vierge sévère je l’ai gardée en souvenir de ma mère. Il y en avait plein dans la maison de la Douettée non loin du canal de Nantes à Brest au niveau de Guenrouët. Celle-ci devait déjà s’y trouver quand mon arrière grand-père Francis Haulnette l’acquît peu avant la guerre 39-45. Cette maison je l’ai connu dès ma prime enfance, et jusqu’au remembrement c’était un petit Eden avec autour de notre famille une véritable solidarité paysanne. Ma mère débordait d’amour pour ma sœur et moi, plus j’avançais en âge, je me disais: “Quand ma mère disparaîtra: pour toi cela sera terrible!" Mon père nous quitta d’une mort attendue avant la grande tempête de 1999, après une vie de travail acharné et de bombance, ma mère resta seule dans la maison de la Douettée, où ils avaient pris retraite, puis disparut en 2006 terrassée par une leucémie foudroyante !
Chaque année lorsque je reçois mon avis d’imposition, je rajoute Marie, à la liste de mes prénoms, oublié par l’administration fiscale.

Denis Sire - Paris - juillet 2016
Denis Sire objet © Hervé Bacquer
Denis Sire autographe

© "Le Laboratoire de Lumière" - 2018

 Mémoire d'objets, la collection


 nous écrire, s'abonner à la newsletter: desmotsdeminuit@francetv.fr

► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

► @desmotsdeminuit