Mathias Énard, l'écrivain transfrontière, polyglotte et bédéiste. "Mot à mot" au Festival biarritz amérique latine 2018

Mis à jour le 29/10/2018 à 18H15, publié le 28/09/2018 à 12H17

Berlin ou Barcelone; l'arabe et le persan; le roman, la nouvelle ou la BD; l'art contemporain ou la traduction; l'accumulation de prix dont le Goncourt. Ajoutons à ses signes particuliers le poncif de son immense érudition. Énard est d'abord un homme de ponts, ceux qui peuvent et doivent relier l'Orient et l'Occident, ceux qui permettent d'accéder à l'autre et à l'étranger d'être accueilli

Aujourd'hui Mathias Énard signe une nouvelle qui emmène sur les traces des musiciennes de la cité des doges au XVIIIème siècle et un roman graphique en noir et blanc avec La dessinatrice libanaise Zeina Abirached.
Prendre refuge : deux pays, deux époques:
L'Afghanistan de1939, aux pieds des Bouddhas de Bâmiyân, une voyageuse européenne, Anne-Marie Schwarzenbach, tombe amoureuse d’une archéologue. Cette nuit-là, les deux femmes apprennent par la radio que la Seconde Guerre mondiale vient d'éclater.
L'Allemagne de nos jours. À Berlin l'architecte Carsten, passionné d'Orient, et la réfugiée syrienne Neyla vont s'aimer alors que tout les sépare. L'âge, la culture, la langue. La rencontre advient malgré cette adversité. 
Dans ces deux histoires qui s'entremêlent, des chemins et donc des ponts s'établissent qui rapprochent les dissemblables. Comme la dessinatrice et le poseur de mots. ce livre est une autre illustration du désir de passerelles de Mathias Énard, l'amoureux des langues qui vit depuis longtemps à Barcelone.         

Les sonorités de la langue catalane m’ont surpris, et passionné. J’ai aussi découvert une histoire et une littérature que je méconnaissais totalement, mais qui s’avéraient fort intéressantes. Cette façade espagnole, qu’elle soit catalane ou valencienne, était le chaînon qui manquait à ma Méditerranée.

Mathias Énard. Télérama, mars 2018.
Il est, en septembre 2018, membre du jury du Festival biarritz amérique latine. Son Mot à mot ... Le premier sera : "Prendre refuge" !
Mathias Énard, Philippe Lefait, Pascal Stelletta

Mathias Énard, Philippe Lefait, Pascal Stelletta

© Rémy Roche
"Né à Niort, Mathias Énard se forme à l’École du Louvre, puis étudie l’arabe et le persan à l’INALCO (langues orientales). Après de longs séjours au Moyen-Orient, il s’installe en 2000 à Barcelone pour animer plusieurs revues culturelles, y enseigner l’arabe et publier diverses traductions de cette même langue.

     En 2003, il publie son premier roman chez Actes Sud, La Perfection du tir. Suivront Remonter l’Orénoque (2005) adapté au cinéma en 2012 par Marion Laine sous le titre A cœur ouvert, puis Zone (2008), Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants (2010), ou encore Rue des Voleurs (2012). Ses romans ont reçu de nombreux prix, dont le Prix Goncourt en 2015 pour Boussole. Écrivain de l’espace, tant géographique que littéraire, ses livres ont pour cadre le monde entier, de l’Orient aux Balkans, en passant par l’Afrique du Nord, la Turquie, la Russie, l’Espagne ou le Venezuela".
© Festival biarritz amérique latine

Dédicace Mathias Énard Biarritz 2018


Toutes les rencontres de Biarritz...
 


La page facebook des mots de minuit,  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.


@Desmotsdeminuit