Marie-France Etchegoin, essayiste et Béchir Jarraya, neurochirurgien. Gatica pour la musique. L'Émission #559

Philippe Lefait
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 19/04/2018 à 08H01, publié le 29/03/2018 à 18H00

Il y a plusieurs approches humanistes de l'autre. L'accueillir en lui donnant les moyens d'accéder à la société qui le reçoit, en lui apprenant bénévolement la français et en y trouvant en retour une leçon de soi... On peut aussi chercher dans le cerveau d'une personne les complexités qui l'empêchent de vivre normalement. Il y a dans cette conversation une double soif: apprendre et aider...

Des mots de minuit, L'Émission #559 du 29 mars 2018

Réalisation : Pascal Stelletta

Rédaction en chef : Rémy Roche
Montage : Cathy Destoup
Coordination : Marie-Odile Régnier
Direction: Philippe Lefait
© desmotsdeminuit.fr


Leurs mots de minuit sont "Asile" pour Marie-France Etchegoin et "Opéra" pour Béchir Jarraya...  

LA CONVERSATION :

Un monde de l'imparfait...

J'ai toujours très peur de leur apprendre l'imparfait parce que ce temps les renvoie à ce qu'ils ont perdu, à leurs traumatismes. Je commence par raconter les exemples les plus anodins pour aborder l'imparfait. Quand j'étais petite, je n'avais pas de dents par exemple. Mais petit à petit, un autre lien s'instaure entre nous, hors le lien qui unit profs et élèves et alors, j'entends: quand j'étais au Soudan, j'habitais avec mes parents, quand j'étais au Soudan, mon frère était... et ça s'arrête là... et j'apprends ensuite que tous ont été assassinés.

Marie-France Etchegoin. desmotsdeminuit.fr, 2018.
DMDM #559 Marie-France Etchegoin
"De cette expérience, elle tire un récit tout à la fois bouleversant et drolatique: l’histoire passionnante et mouvementée d’un double apprentissage. Le sien puisqu’elle n’a jamais enseigné ni agi au quotidien auprès des migrants. Et celui de jeunes hommes, parfois illettrés, qui au terme d’un très long et terrible voyage, se retrouvent devant un tableau, confrontés à l’une des langues les plus difficiles du monde, dont ils n’ont jamais entendu un mot. Dans le huis clos de cette classe, ils disent à nouveau "je" et font entendre leur incroyable odyssée tandis que leur "professeur" invente sa méthode en s’efforçant d’éviter les maladresses.
Quand pour la première fois, elle a franchi les portes du centre d’hébergement d’urgence du 19ème arrondissement, près de chez elle, Marie-France Etchegoin savait seulement qu’elle voulait "aider" pour ne pas avoir "à regretter de n’avoir rien fait". Elle n’imaginait pas que Sharokan, Ibrahim ou Salomon lui en apprendraient autant sur elle-même et qu’à travers eux, elle allait redécouvrir la complexité et la richesse de la langue française et aussi ce qui, au fond, nous constitue et qui fait trait d’union au-delà des frontières: la force de la parole." 
© Jean-Claude Lattès.
Dédicace Marie-France Etchegoin DMDM #559


L'objet qui les prolonge ...

DMDM #559 Objets Etchegoin Jarraya
Marie-France Etchegoin tient l'un des feutres qu'elle utilise dans ses cours de français. Béchir Jarraya a apporté une reproduction du crâne de Fowler quand la "science" (la phrénologie) s'essayait à la fin du dix-neuvième à faire coïncider zones de cerveau et affects ou caractère.
 

Intelligence artificielle: Cogito, ergo sum et peut-être un peu plus qu'internet...  

Il faut imaginer que le cerveau est un internet d'une complexité extraordinairement plus développée que celui que nous connaissons... Il n'est pas aujourd'hui question de fantasmer un transhumanisme.

Béchir Jarraya. desmotsdeminuit.fr, 2018
DMDM #559 Béchir Jarraya

"La maladie de Parkinson? "Un petit vieux courbé, qui marche mal et qui tremble des mains": c'est ainsi qu'on l'imagine le plus souvent. Pour celui ou celle qui apprend qu'il en est atteint, surtout s'il est encore jeune (10% des personnes atteintes ont moins de 50 ans), l'annonce du diagnostic est une terrible épreuve. Comment vivre avec une maladie neurodégénérative qui affecte peu à peu les mouvements et les facultés intellectuelles, et de ce fait, les rapports avec le monde alentour?
À travers le journal d'un patient qui témoigne sans complaisance de son quotidien, ce livre montre que rien n'est pourtant perdu d'avance: l'évolution de la maladie est souvent lente, elle peut être marquée par de longues rémissions. Chacun des symptômes est ici décrit d'abord du point de vue du patient puis de celui d'un neurologue qui en explique les manifestations et en expose les traitements, des traitements en constante évolution et de plus en plus efficaces car la recherche est très active."
© Albin Michel
DMDM #559 Dédicace Béchir Jaraya

 

La musique: Gatica

Chanteuse et compositrice, Alexandra Gatica, a remporté la finale du Prix Moustaki 2018 de la chanson française... Elle interprète: "Il lui disait" 

Gatica DMDM #559

Gatica en concert :

  • Le 13 Avril 2018 au Café de Paris (rue Oberkampf) 
  • 3 mai au Forum Léo Ferré à Ivry 
  • 8 Mai au Festival "Buena Onda" à Sanssac l'Eglise 


 Toutes les Émissions

 La vidéothèque Des mots de minuit

► nous écrire, s'abonner à la newsletter: desmotsdeminuit@francetv.fr
► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
► @desmotsdeminuit