"dmdm, L'émission" #502 avec Laure Naimski et Franck Cézily...

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/01/2015 à 19H15, publié le 29/05/2014 à 00H00
photo dmdm emission 502

Avec Franck Cézily, pour "De mâle en père" et Laure Naimski qui signe "En kit". L'une plante la tente de son héroïne dans le salon de l'appartement de cette fable sociale... L'autre questionne le comportement paternel chez les animaux. "L'ordre naturel" comme référence? oui mais non!

Franck Cézily: De mâle en père A la recherche de l'instinct paternel. Dans les pages de son essai se cache un couple, certes en captivité, mais monogame et homosexuel de flamants rose mâles. Comme s'ils se donnaient un genre!
Après le Paradoxe de l'hippocampe, une histoire naturelle de la monogamie et La sexualité animale Franck Cézily s'arrête au comportement parental paternel alors que les mâles ont longtemps été délaissés par les études scientifiques et que les mammifères, par anthropomorphisme, en ont été la référence naturaliste quasiment unique. Les insectes, les oiseaux ou les poissons manquaient souvent à l'appel. Les possibilités et les manières de paternalité (l'élevage d'une progéniture) aussi diverses qu’évolutives ne laissent pas d'éclairer en creux chez le bipède humain les mutations et les conceptions contemporaines de la famille, qui reste un enjeu social majeur. La lecture de cet essai impose un constat: la nature ne dit pas plus que ce qu'elle dit. Le vivant n'est exemplaire que dans sa diversité et l'ordre dit "naturel" n'est qu'une construction idéologique...

Franck Cézily est professeur de l'université de Bourgogne, à Dijon.
"De mâle en père". Buchet/Chastel

 

https://videos.francetv.fr/video/NI_148133@Culture


Laure Naimski: Elle a été journaliste "localière" dans l'ouest avant de vite se rendre compte qu'elle préférait le gros mot culture aux chiens écrasés. C'est dans ce registre, culturel, qu'elle se promène désormais pour diverses revues. Elle signe aujourd'hui ce premier roman que je classerais volontiers dans la bibliothèque, sur l'étagère "bonbons acidulés". Il y a de l'aigre-doux sous la plume de cette jeune romancière qui conjugue le "nonsense" et la critique sociale. Le chat d'Hélène, l'héroïne bipolaire -quoique- de ce roman s'appelle d'Artagnan. Elle use d'un pistolet à eau qui n'en contient pas mais cette viduité a des conséquences. Comme la précarité, l'errance, l'impossibilité de se rencontrer, la défiance épuisent la possibilité ou le désir du vivre ensemble. De quoi se réfugier sous une tente, en plein salon, dans un immeuble parisien et se scarifier à l'occasion pour extérioriser sa souffrance avant l'arrivée des pompiers.
L'air de rien, dans une gravité toute relative, le contemporain dans tous ses états.


Laure Naimski est journaliste.
"En kit". Belfond


Toutes les Émissions

La page facebook des mots de minuit, une suite…  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@desmotsdeminuit