Anne Berest ("Sagan 1954") et Alain Cassourra ("La fureur de guérir") #500

Des mots de minuit
Par @desmotsdeminuit
Mis à jour le 21/07/2018 à 17H06, publié le 15/05/2014 à 00H00

Anne Berest questionne "Sagan 1954" (Stock). Alain Cassourra est médecin et ostéopathe. Un patient l'entraîne et l'oblige dans "La fureur de guérir" (Odile Jacob). Métis, radical, réjouissant! Des mots de minuit!

Des mots de minuit, L'Émission #500 du 15 mai 2014
Réalisation: Anthony Mutti
Rédaction en chef: Rémy Roche
Coordination: Marie-Odile Régnier
Direction: Philippe Lefait
© desmotsdeminuit.fr

 

Sagan pour oublier sa vie... avec Anne Berest

"Anne Berest" Des mots de minuit #500

"1954. Françoise Sagan est une jeune fille de dix-huit ans comme les autres, ou presque. Le 15 mars, l’éditeur René Julliard publie le premier roman de Françoise Quoirez, dite Sagan, Bonjour tristesse, et tout change. Françoise devient riche et célèbre, noctambule et légendaire, culte et pourchassée.
2014. Romancière, Anne Berest se revêt « de la vie de Françoise pour oublier la sienne », et tisse sa jeune existence enlacée à celle de son aînée. Nous avons alors tout à la fois un roman, une biographie et une autofiction où, sous la plume merveilleuse d’Anne Berest, les vies de ces deux jeunes femmes n’en font plus qu’une. Et surtout, dans le miroir que vous tend le passé, le mythe Sagan rencontre l’éternelle jeunesse."

© Stock 

La fureur de guérir de Macyl Massen et d’Alain Cassourra.  

La fureur de guérir de Macyl Massen et d’Alain Cassoura. Le premier qui enchaîne les petits boulots et découvre avec Platon la quête de soi est le patient perclus du second. Cet essai est  écrit par le médecin dans un double "je"
«C’est un vautour, un maigre croque-mort, au visage émacié, au long nez, au dos courbé… Il va me traiter. Ses mains vont me soulager» affirme le premier, résolument, absolument, convaincu du pouvoir du second, également ostéopathe, qui doute, hésite, peut rejeter. L'autre jamais. Leur donné à vivre dans La fureur de guérir est celui de deux hommes dont l'aventure commune a déjà duré six ans. Le lecteur est averti que la folie, l’amnésie, l’insoutenable, la souffrance, la colère et le doute, notamment dans une pratique professionnelle, guettent à tous les carrefours. "Nous avons ainsi rejoué des pièces du puzzle passé, cherchant à modifier non le réel de son histoire, qui au fond importe peu, mais sa représentation qui, elle, conditionne son vécu".

couv Cassourra

Le praticien se veut conscient des critiques dont il peut faire l’objet, de la transgression du cadre et de l'approche thérapeutique. Il assume l'invention d'un colloque transférentiel et plus que singulier (la manipulation ou la désengrammation de l'ostéopathe, la verbalisation ou la curiosité des mécanismes tortueux de l'inconscient du psychanalyste, toujours l'expression du corps - "si le touchant est touché, le touché devient touchant" -) et espère que cette histoire et leur rencontre seront comprises comme "un conte sur le mystère et la transformation". Un jour, il prend son patient, dans les bras. Littéralement, il l'accueille. Macyl Massen écrit: "Notre embrassade, dénuée de sexualité, m'a touché par sa sincérité, sa fraternité, sa simplicité. Elle m'a laissé un paquet d'énergie inconnue, que je veux garder pure et surtout ne pas mélanger à l'ancienne. Mon cœur s'est ouvert."    
Le bar parisien où ils ont décidé en commun de ce livre comme autre lieu de leur chemin a pour nom Le paradis.

 La vidéothèque Des mots de minuit

► nous écrire, s'abonner à la newsletter: desmotsdeminuit@francetv.fr
► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

► @desmotsdeminuit