Journée ordinaire d’une humanitaire: Les carnets d'ailleurs de Marco & Paula. "Nomad's land" #195

Mis à jour le 20/02/2019 à 16H48, publié le 20/02/2019 à 12H15
Nomad's 195

Paula travaille au quotidien dans l’humanitaire mais que fait-elle au juste?

Je revendique souvent de ne pas être une experte, un peu par provocation et beaucoup par réalisme tant mon travail de cheffe de mission m’oblige souvent à sauter du coq à l’âne, un exercice à terme bien épuisant.

Danger, hippopotames ...

Faut-il permettre à une équipe circulant en moto de traverser le fleuve en pirogue alors que les hippopotames, en cette saison de forte décrue, peuvent se montrer un tantinet atrabilaires envers qui oserait pénétrer leur espace? Un chef d’équipe a préféré fourrer l’équipe dans une voiture et l’envoyer vers un passage à gué fort éloigné. Évidemment, le véhicule s’est embourbé dans une zone sans réseau et quelques volontaires ont dû parcourir la piste sur une dizaine de kilomètres pour pouvoir l’avertir. Comme je suis la référente sécurité, il m’appelle avant de leur porter secours; la nuit est tombée et les consignes de sécurité sont formelles: On ne roule pas de nuit. Sauf si je l’autorise. J’ai quelques minutes pour trouver la bonne solution.
 
On a déménagé une base et le propriétaire du site sur lequel elle avait été installée fait pression sur l’équipe pour conserver un hangar que nous y avions installé. Qu’il aille se faire prendre, n’est-ce pas? sauf que môssieur est un notable, potentiellement nuisible. Alors, je vais saisir ma plus belle plume pour lui expliquer que clairement, ce hangar, nous en avons besoin dans notre nouvelle base et qu’en financer un autre serait ôter la nourriture de la bouche d’un enfant et que vraiment, il ne voudrait pas que les gens s’imaginent qu’il en est responsable.
 
Dans un mois, le contrat d’un expatrié de l’équipe s’achève. Je dois l’évaluer, ce qui est plutôt un exercice que je fais volontiers dans un tête-à-tête détendu, surtout quand la personne voit l’exercice comme… un exercice. Je sais par expérience qu’il nous faudra une à deux heures d’entretien, mais il est à une journée et demie de route, alors comment communiquer? Par téléphone - j’en frémis d’avance, par skype - la connexion est trop fragile. Bref, cela se fera dans un fastidieux aller-retour de courriels. Aussi ennuyeux pour l’un que pour l’autre.
Incendie au marché de Diguel à N'Djamena 

Incendie au marché de Diguel à N'Djamena 

© Alwihda Info
Un chef de projet tout ému me décrit l’incendie qui a frappé le marché d’un camp de réfugiés, et clairement il espère mon feu vert pour une intervention d’urgence. J’argumente avec soin mon refus pour ne pas passer pour l’inhumaine de service et pour respecter son envie de "faire quelque chose". Je sais que, sur le terrain, les équipes sont sollicitées en permanence et que parfois, il leur faudrait pouvoir dire oui pour relâcher une peu la pression. Mais intervenir une fois impliquerait intervenir une seconde fois, puis une troisième fois, puis…. etc., une demande exponentielle qui sera source d’une plus grande frustration. Alors je campe sur ma décision.

Ne plus savoir où donner de la tête ...

Et les journées s’égrènent dans un flot d’activités disparates telles que:
  1. Relire une fois encore une proposition de projet x fois commentée et amendée en espérant que ce sera la dernière validation parce qu’à force de regarder les détails, j’en oublie l’ensemble.
  2. Préparer ma participation à un atelier national sur l’eau et l’assainissement sans savoir précisément quelles contributions sont attendues. L’invitation, comme souvent tardive, est sibylline; les initiés sauront. Très bien, j’improviserai.
  3. Répondre diplomatiquement à un partenaire financier dont le consultant grimpe au plafond dès que quelque chose dévie du projet initial alors qu’un projet de seize mois sera obligatoirement différent de son prévisionnel.
  1. Accompagner la prise de fonction d’une nouvelle expatriée débutante dans le milieu, riche d’une expérience à laquelle je crois sinon je ne l’aurai pas choisie, mais toute empêtrée entre phantasme et réalité.
  2. Analyser, mémoriser, classer une soixantaine de mails quotidiens en me demandant si j’ai choisi ce travail pour me trouver coincée dix heures par jour devant un ordinateur. 
Thé chez les Sahraouis 

Thé chez les Sahraouis 

© jeunesgonfrevillais.fr
Et resonger à mes débuts dans l’humanitaire, dans des camps de réfugiés plantés dans le désert depuis trop longtemps, et où il fallait grimper sur une dune pour capter un réseau, ou alors s’inscrire sur une liste d’attente pour pouvoir se connecter au seul câble internet du camp. Les journées semblaient bien remplies, les feuilles de papier carbone étaient précieuses, les ordinateurs ensablés se montraient capricieux, mais partager le thé avec les réfugiés était quotidien.
 
Tout cela avait-il alors plus de sens?
 
 Tout Nomad's land
 
 La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.