"The Full monty "en version italienne interprété par de vrais chômeurs

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/04/2013 à 17H22
Simone Lagrasta l'un des "chômeurs" de The full monty

Simone Lagrasta l'un des "chômeurs" de The full monty

© ANDREAS SOLARO/AFP

Du chômage à la scène, il n'y a qu'un chemise et un pantalon à enlever. C'est du moins ce qu'a proposé le metteur en scène italien Massimo Piparo à deux chômeurs. Les deux hommes ne se déshabillent pas pour rien. Ils jouent dans "The Full Monty", l'adaptation théâtrale du film britannique éponyme de Peter Cattaneo. L'histoire est d'actualité et le succès au rendez-vous.

Ce n'est pas la première adaptation du film de Peter Cattaneo depuis sa sortie en salle en 1997. On se souvient notamment de l'adaptation de la comédie musicale jouée à Broadway en 2000.  "Ladies night" diffusé sur France 2 en juin 2012 avec Linda Hardy racontait également cette histoire de chômeurs devenus stripteasers.
 
Seize ans après, l'histoire est plus que jamais d'actualité et elle inspire les artistes. Dans cette version italienne le metteur en scène va plus loin. Il a pris le parti de faire jouer deux véritables chômeurs. Qui du coup n'en sont plus. Un scénario qui nous rapproche au plus près finalement de l'intention originale. Une nouvelle version qui remporte un vif succés dans un contexte de crise et qui aurait pu s'intituler "quand la réalité rejoint la fiction. 

Reportage : R. Bernard / K. Guillaumain / G. Messina / C. Billi / V. Parent

https://videos.francetv.fr/video/NI_144927@Culture

Dans la version originale, l'action se situe dans le nord de l'Angleterre dans les années 80. Alors que la crise de la metallurgie fait des ravages sur l’emploi, les Chippendales viennent donner un spectacle de striptease. Il n’en fallait pas plus pour susciter des vocations. Un groupe de chômeurs décide de monter un spectacle de déshabillage progressif. Un scénario hilarant qui dénonce les difficultés liées à la perte d'activité. 
L'histoire à l'époque s'inspire de la réalité difficile des metallurgistes anglais. Aujourd'hui, ce sont toutes les industries européennes qui disparaissent peu à peu. Les combats des ouvriers pour conserver leur outil de travail se multiplient à travers l'Europe. Dans un tel contexte, rien d'étonnant à ce que cette comédie reprenne du service avec succès. Car cette histoire raconte la crise, la douleur et puis finalement l'espoir... 

Une comédie musicale en version italienne

"De temps en temps le music-hall doit aussi raconter la réalité. Actuellement, tout le monde en Italie est confronté au problème de l'emploi, c'est le thème principal de la décennie", explique le réalisateur Massimo Piparo à l'AFP. Le choix de narrer l'histoire d'un groupe de chômeurs audacieux, qui s'inventent une nouvelle vie en montant un spectacle de strip-tease, est donc délibéré. La crise et le chômage constituent la grande préoccupation des Italiens. Ici, "tout a été adapté à la réalité italienne", souligne encore Piparo. Du refrain de la première chanson ("tout ça c'est de la faute du spread!!") à la scène finale qui rappelle le premier article de la Constitution : l'Italie est "une République fondée sur le travail".

De la réalité à la fiction et vice-versa

La réalité se mêle doublement à la fiction car le metteur en scène a voulu de vrais chômeurs comme acteurs et le casting a eu lieu justement à Turin, ville ouvrière, pendant le salon de l'emploi. Simone et, Marco ont eu la chance de décrocher un contrat pour jouer dans la comédie musicale Full Monty. Pour le chorégraphe Bill Goodson, depuis 30 ans dans le secteur, "avoir de vrais hommes sur scène qui ne soient pas de grands artistes de Broadway ni des acteurs de music hall fait encore plus d'effet". "Ils ne sont pas super beaux, n'ont pas des physiques incroyables mais ils suscitent beaucoup de tendresse: il faut du courage pour se mettre à nu comme ça devant tout le monde. Full Monty ça veut bien dire ça "la totale""

 

Le spectacle doit silloner l'Italie durant plusieurs mois.