"M¡longa" : Sidi Larbi Cherkaoui réinvente le tango

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/11/2014 à 15H57
Sidi Larbi Cherkaoui recréé l'ambiance d'une "Milonga" avec douze danseurs de tango 

Sidi Larbi Cherkaoui recréé l'ambiance d'une "Milonga" avec douze danseurs de tango 

© DPA/MAXPPP

Le chorégraphe belge Sidi Larbi Cherkaoui revisite le tango dans une version contemporaine de la danse. Sa dernière création "M¡longa" est une rencontre entre la tradition et la modernité. Il la présente ce vendredi sur la scène de la Comédie de Clermont-Ferrand.

Séduit par la sensualité, la puissance et la beauté du tango, " Milonga" est le fruit d'une longue immersion de Sidi Larbi Cherkaoui en Argentine. Il se rend six fois à Buenos Aires pour rencontrer les maîtres du tango. Il plonge dans l'atmosphère de la rue et des milongas, ces soirées de tango propres à certains bars. Il rencontre l'une de ses grandes figures, Nelida Rogriguez (Tango Argentino), et rapporte un spectacle sorcier.
 
Sur scène, ils sont douze danseurs. Six couples, soit dix danseurs de tango venus d’Argentine et deux danseurs contemporains européens. Cinq musiciens et des images de Buenos Aires racontent le reste de l'histoire.

Reportage : Valérie Mathieu / jean Jazeix / Bernard Dufour / Gilles Malfray

https://videos.francetv.fr/video/NI_153195@Culture

Sidi Larbi Cherkaoui est un explorateur des corps et des âmes. Danseur issu de la scène flamande, Ann Teresa de Keersmaeker ou les 'Ballets C de la B', il invente une danse qui marie la puissance et la souplesse.

Avec ses compagnons de jeu, Akram KhanMaria Pagès ou Damien Jalet, il conçoit de nombreuses chorégraphies qui sondent toutes les identités qu'elles soient culturelles, religieuses, ethniques, ou sexuelles.

De la danse contemporaine, au flamenco en passant par la spiritualité des moines Shaolin, Sidi Larbi Cherkaoui ne s'interdit aucun territoire. Son "Milonga", plonge le spectateur au cœur d'un flamenco débridé et différent.

 "J'ai toujours été très ému par cette danse de couple, raconte le chorégraphe. Il y a une sorte de communication entre les danseurs qui passe quasiment sans aucun contact visuel ou parole. Mon style de danse est enraciné dans le toucher et le contact physique, et c'est ce qui est inhérent au tango." 
"M¡longa" de Sidi Larbi Cherkaoui à la Maison de la culture salle Jean-Cocteau de Clermont-Ferrand
vendredi 7 novembre à 20h30
-> A lire aussi le flamenco contemporain de Rocio Molina