Le Sacre du Printemps de Josette Baïz

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/08/2009 à 13H36
Le Sacre du Printemps de Josette Baïz

Le Sacre du Printemps de Josette Baïz

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_479211@Culture

Le Festival Eclats de Danse en Lubéron fait vibrer du 3 au 15 août 2009 la cour d'honneur du château de la Tour d'Aigues. Cette 24ème édition, placée sous le signe du métissage artistique, propose le "Sacre du Printemps", adapté par la chorégraphe aixoise Josette Baïz.

"... Le Sacre est interprété par 15 danseurs issus du Groupe Grenade. C'est la période de la "préadolescence". C'est sans doute l'étape de la vie qui m'intéresse le plus : rien n'est figé, tout bouge, tout est possible, la sensibilité est fluctuante voire extrême, les réactions sont souvent à fleur de peau et oubliées l'instant d'après..."
C'est ainsi que la chorégraphe Josette Baïz explique ses choix. Le groupe Grenade, composé de jeunes danseurs et musiciens du festival, donnent du livret d'Igor Stravinsky une interprétation empreinte de fidélité puisqu'il l'avait écrite pour des adolescents.
Il faut dire que ce ballet nécessite une énergie incroyable. Rudesse des harmoniques, mélanges de tonalités, figures répétées de manière obsessionnelle, structures polyrythmiques, violence de l'orchestration. L'effectif instrumental est considérable. La danse sacrale finale est un condensé en forme de chaos de la tension accumulée au cours des deux parties. Stravinsky reconstitue dans ces tableaux un rituel sacral païen. Mais le langage est radicalement nouveau, ce qui déroutera musiciens et auditoire lors de présentations au public parisien en 1913. On assistera d'ailleurs à l'un des plus incroyables scandales de l'histoire de la musique, empoignades entre les spectateurs, sifflets et hurlements couvrant la musique.


 -> Dans les années 1960 Maurice Béjart crée une adaptation de ce ballet
 -> Pour débuter en danse classique quelques bons conseils sur le blog Passion ballet