Jeremy Wade en résidence au Centre Chorégraphique National de Belfort.

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/09/2009 à 15H29
Jeremy Wade en résidence au Centre Chorégraphique National de Belfort.

Jeremy Wade en résidence au Centre Chorégraphique National de Belfort.

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_96223@Culture

Depuis le 30 août et jusqu'au 2 octobre, Le chorégraphe américain, Jeremy Wade est en résidence au Centre Chorégraphique National de Belfort. Le 8 octobre, il proposera une répétition publique autour de sa dernière création intitulée "There is no end to more" ("il n'y a pas de fin au toujours plus"). Une création qui s'appuie sur plusieurs disciplines artistiques.

En passant un mois au Japon, Jeremy Wade a trouvé une formidable source d'inspiration dans les mangas et plus précisement dans les Kawaï (qui signifie "mignon" en japonais). Il se dit "fasciné par la pureté des illustrations et des animations japonaises". Cela ne l'empêche de voir le côté infantile de ces dessins qui sont devenus une énorme mode commerciale et au final, le symbole d'une société de consommation qui tourne en rond sur elle-même, sans limite. Sur scène, le chorégraphe va s'appuyer sur les dessins en noir et blanc d'Hiroki Otsuka, un dessinateur de manga très connu. La musique aura également toute sa place dans cette performance. C'est le domaine de Brendan Dougherty, un musicien multi-intrumental et improvisateur, qui comme Jeremy Wade est américain mais vit à Berlin. Avec le chorégraphe, il ont formé le groupe Speller.