Le chorégraphe Anthony Egéa revisite "Les Forains" dans un ballet urbain

Mis à jour le 06/06/2018 à 15H04, publié le 06/06/2018 à 14H37
"Les forains" chorégraphie d'Anthony Egéa accompagnée par l'orchestre de Limoges 

"Les forains" chorégraphie d'Anthony Egéa accompagnée par l'orchestre de Limoges 

© T. Laporte / Ville de Limoges

Le chorégraphe Anthony Egéa présente jusque ce soir sur la scène de l’Opéra de Bordeaux sa version des "Forains" dans un ballet urbain. Il s'empare de l'oeuvre écrite en 1945 par Henri Sauguet au lendemain de la guerre et la transforme en joyeuse fête. Danse classique, hip hop, costumes de cirque et musique électro, danseurs et musiciens de l'orchestre de Limoges opèrent un savant mélange.

C'est une "vraie fête de la jeunesse et de la danse" disait Jean Cocteau à propos du ballet "Les Forains" écrit en 1945 par Sauguet et qui lança la carrière de Roland Petit. Soixante-dix ans après, le ballet fascine encore les artistes d'aujourd'hui. Après une tournée nationale, le chorégraphe hip hop bordelais présente sa version des "Forains" chez lui sur la scène de l'Opéra de Bordeaux jusqu'au 6 juin.

Reportage : France 3 Aquitaine - C. Albo-Reichert / L. Cagnato / E. Delwarde / C. Berge

https://videos.francetv.fr/video/NI_1247413@Culture

Produit par l'Opéra de Limoges, "Les Forains" reviennent dès le 28 juin 2018 dans le Limousin. Une grande soirée festive est organisée le 30 juin dans toute la ville. Restitution d'ateliers, représentation en live et retransmission sur écran géant devant la cathédrale ou en direct sur Culturebox. 

Les forains ballet urbain © T. Laporte / Ville de Limoges

La rencontre du ciel et de la terre

En s’emparant du ballet imaginé par Roland Petit en 1945 sur la musique poétique d’Henri Sauguet, Anthony Egéa et les huit danseurs de son Ballet Urbain Rêvolution bousculent les codes. La danse se charge de légèreté et d’élégance propres au classique. Le travail aérien se marie avec la percussion et l’ancrage au sol des danses urbaines. "Dans les danses hip hop on est dans le sol alors que le danseur classique, il vole. C'est un peu la rencontre entre le ciel et la terre", souligne le chorégraphe.

Le cirque à tous les étages

Les danseurs vêtus de très beaux costumes de cirque vont et viennent avec une incroyable énergie et donnent à la scène une folle allure. Le spectateur plonge dans un univers baroque inspiré des Freaks que l’on croisait dans les fêtes foraines : bateleurs, siamois, femme-araignée, tous ces personnages hors du commun donnent vie à un musée vivant où le féerique côtoie le fantastique.
Les forains ballet © T. Laporte / Ville de Limoges

Une battle électro / classique 

Les oreilles aussi font le plein de notes. Sur le plateau le DJ Frank2Louise fait groover la symphonie de Sauguet avec les musiciens classiques. "Voir un artiste électro entre en battle avec le chef d'orchestre où chacun se répond par sa musique, on est dans la confrontation mais aussi dans l'harmonisation", souligne Anthony Egéa.  
Frank2Louise dans "Les Forains"

Frank2Louise dans "Les Forains"

© France 3 / Culturebox

"Les forains" Ballet classique créé en 1945 par Henri Sauget

Quand Sauguet dévoile les sonorités de son ballet Les Forains en 1945, le monde sort à peine d’un conflit mondial qui le laisse pantois et hébété devant l’ampleur de la tragédie. La musique que nous livre alors le compositeur n’est ni prophétique, ni emphatique : elle est belle, émouvante et d’une singulière simplicité. Une incroyable fluidité mélodique, presque d’essence populaire, la traverse d’un bout à l’autre de la partition. Et c’est là l’expression même de toute vie reprenant ses droits naturels malgré les méandres et les tourments de l’histoire: oser à nouveau ce qui est simple d’apparence, ce qui est beau et populaire, ce qui sait réunir dans une émotion partagée.

Les Forains © T. Laporte / Ville de Limoges