Raghunath Manet, la musique et la danse de l'Inde du Sud à Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/10/2016 à 16H16
Raghunath Manet joue de la veena

Raghunath Manet joue de la veena

© DR

Le danseur, musicien et chanteur indien Raghunath Manet vit autant en Inde, dans la région francophone de Pondichéry, qu'en France où il est l'ambassadeur du bharata natyam, une danse du sud dont il a relancé la pratique pour les hommes. Il est aussi musicien et joue de la vînâ, un luth traditionnel du sud de l'Inde. Il publie un CD "Karma, music of veena" et sera sur scène à Paris le 24 novembre.

Son visage et ses gestes semblent tout droit sortis de la Bhagavad-Gita. Le danseur, musicien et chanteur indien Raghunath Manet entretient une relation privilégiée avec la France où il vit six mois de l'année. Originaire de Pondichéry, l'un des anciens comptoirs français dans le sous-continent, il parle parfaitement notre langue et a collaboré avec plusieurs artistes français comme Didier Lockwood ou Michel Portal.

Chacun de nous a une Inde en soi

Raghunath Manet

 

La vînâ

Alors que l'Inde fête, avec Divali, le règne de la lumière, l'artiste rayonnant publie un nouvel album. Sur "Karma, music of Veena" Manet introduit un instrument indien typique du sud et encore méconnu dans le reste du monde, la veena (ou vînâ) est un instrument à cordes que beaucoup en occident confondent avec le sitar mais qui ne se joue pas dans la même position. Les deux instruments sont de la famille des luths, mais si la vînâ vient du sud, le sitar vient du nord de l'Inde et doit sa renommée mondiale à Ravi Shankar né à Bénarès. Voilà pour la face "musicien" de Raghunath Manet.

Raghunath Manet interrogé au Soir 3

https://videos.francetv.fr/video/NI_840123@Culture

 

Le bharata natyam

Raghunath Manet est aussi et peut-être surtout connu pour ses qualités de danseur. Le bharata natyam, dont il est aujourd'hui le principal ambassadeur dans le monde. Pendant longtemps, les hommes n'ont plus dansé le bharata natyam. Les gestes très gracieux de cette danse traditionnelle du sud se combinent à des mouvements très énergétiques. Une discipline surprenante pour ceux qui sont plus habitués à la voir pratiquée par des femmes.

Un extrait de "Taj Mahal" spectacle de Raghunath Manet en 2009