"Arte Flamenco" : Mont-de-Marsan se laisse envahir par la torpeur andalouse

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/07/2015 à 14H37
Un bailaor accompagné d'un cantaor au Festival "Arte Flamenco"

Un bailaor accompagné d'un cantaor au Festival "Arte Flamenco"

© France3/Culturebox

Le Festival "Arte Flamenco" de Mont-de-Marsan accueille jusqu'au 11 juillet les plus grands noms du flamenco, dans une programmation éclectique à l'image de la diversité du public.

On se croirait à Séville, au cœur de l’Espagne, et pourtant nous sommes en France, dans le département des Landes. Le temps d'un festival, Mont-de-Marsan se transforme en une véritable cité andalouse. 
 

Un flamenco accessible à tous

 
A Mont-de-Marsan, le flamenco se propage dans les rues, sur les places et les terrasses de café. Des femmes et des hommes de tous âges ont fait le déplacement : de la petite-fille de 7 ans, parée d’une robe de bailaora (danseuse de flamenco), à son grand-père de 77 ans. En dehors des spectacles payants des grands noms du flamenco, le festival propose des représentations gratuites dans le festival Off ou sur la scène des troupes amateurs. Depuis 1989, le festival est devenu au fil des années un laboratoire pour toutes les formes de l’art andalou.

Reportage : L. Tachon / J-Y. Pautrat / E. Jeannot

https://videos.francetv.fr/video/NI_484661@Culture


Le "duende" s’empare de Mont-de-Marsan


Les spectateurs d’"Arte Flamenco" viennent chercher le "duende", charme mystérieux et indicible de la musique andalouse. Ils souhaitent ainsi ressentir une émotion qui concentre les souffrances et les joies du peuple gitan. Pour le poète et dramaturge espagnol Federico Garcia Lorca, tout le monde peut sentir les effets du "duende" : "l’initié qui admire comment le style triomphe d’une manière pauvre, et le profane qui éprouve confusément une émotion authentique". 
 
Festival "Arte Flamenco" jusqu’au samedi 11 juillet à Mont-de-Marsan.