La chorégraphe Marocaine se concentre depuis huit ans sur les “chikhates”, chanteuses et danseuses de cabaret méprisées.

Depuis 2008, Bouchra Ouizguen, chorégraphe et danseuse marocaine, travaille avec des chanteuses et danseuses qui perpétuent l’Aïta, une tradition populaire marocaine. il en ressort alors “Madame Plaza”, “Ha !” et récemment “Ottof” présenté au Festival d’Automne.

Depuis huit ans, Bouchra Ouizguen travaillent avec des “chikhates”, ces chanteuses et danseuses qui entretiennent la Aïta, une tradition populaire marocaine méprisée. Un travail qui se concrétise avec les spectacle “Madame Plaza”, “Ha !”, puis “Ottof”. Pour ce dernier, la chorégraphe s’entoure de quatre interprètes, toutes âgées de 52 à 65 ans. Emmaillotées de tissus, les danseuses s’en défont au cours du spectacle pour se libérer peu à peu. Les Inrockuptibles signent “Ottof est malpoli, avec ses seins que l’on tripote, ses hymnes à l’amour et ses courses folles. Mais il y a tellement de vérité dans cette pièce qui n’est pas sans défaut que l’on sort de là simplement transformé”.

Distribution

  • Date 16 septembre 2015
  • Durée 55min
  • Genre Danse
  • Production 24 images
  • Réalisation Valérie Urréa
  • Auteur Bouchra Ouizguen
  • Chorégraphe Bouchra Ouizguen
  • Compagnie Compagnie O
  • Lumière Eric Wurtz
  • Danseurs Kabboura Aït Hmad, Fatéma El Hanna, Halima Sahmoud, Fatna Ibn El Khatyb, Bouchra Ouizguen