La danseuse Eun Young Lee met "la Corée dans tous ses états"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/05/2016 à 10H10
"Han Gamjung Memory" le nouveau spectacle de la chorégraphe Eun Young Lee créé dans le cadre de l'année France-Corée

"Han Gamjung Memory" le nouveau spectacle de la chorégraphe Eun Young Lee créé dans le cadre de l'année France-Corée

© Olivier Houeix

Installée en France depuis 18 ans, la danseuse coréenne Eun Young Lee a présenté en Auvergne sa dernière création "Han Gamjung Memory", dans laquelle elle interroge ses propres racines et l'histoire de la Corée. Labellisé par l'institut français dans le cadre de l'année France-Corée, le projet qui mêle vidéo, chorégraphie et musique live s'envolera dans son pays à la mi-octobre.

Entre tradition et modernité, la danseuse coréenne Eun Young Lee revisite son pays natal dans sa nouvelle chorégraphie. "Han Gamjung Memory" qui peut se traduire en français par "La Corée dans tous ses états". Un spectacle qui s'inscrit comme une recherche et une exploration des différents facteurs identitaires liés à la Corée du Sud. 

Reportage : R. Beaune /  S. Ben Cheriffa / A. Jais / S. Bonnetot

https://videos.francetv.fr/video/NI_705891@Culture


Revisiter les racines

Née à Séoul, en Corée du sud, Eun Young Lee vit en France depuis 18 ans. C'est à Clermont-Ferrand qu'elle a appris la danse et qu'elle a fondé la compagnie Komusin. Aujourd'hui, la danseuse s'interroge sur ses origines : dans quelle mesure est-elle coréenne et dans quelle mesure est-elle européenne ? Son dernier spectacle, "Ham Ganjung Memory" tente de répondre à cette question.
Eun Young Lee  Han Gamjung Memory 2 © Olivier Houeix

"Quand je suis partie j'étais un peu en colère. Je n'étais pas contente de la tradition familiale, du regard envers les femmes et je ne comprenais pas pourquoi on m'empêchait de faire de la danse", se souvient-elle

Cinéma, danse et musique live

Installée en résidence au théâtre d'Aurillac, Eun Young Lee a peaufiné sa création avec le musicien Guillaume Mazard et la cinéaste Clotilde Amprimoz. Cette nouvelle chorégraphie cherche aussi à établir un dialogue entre la Corée du Sud et l’Europe, entre la danse et le cinéma, le réel et ses représentations.

Eun Young Lee  Han Gamjung Memory 4 © Olivier Houeix

 
Pour revenir à la source, la chorégraphe et la réalisatrice se sont rendues à Séoul. Le résultat final est une captation d'instantanés de vie où la danseuse croise les Coréens. 

À travers les films et la danse, "Han Gamjung Memory" met en scène un personnage témoin, double fictionnel d’Eun Young Lee, une figure à la fois sensible et burlesque.

 

Renouer avec les traditions

Depuis ce voyage introspectif dans son pays natal, Eun Young Lee observe la Corée avec plus de recul et d'indulgence. Le solo chorégraphique "Ham Ganjung Memory" fait valser les coutumes et l'actualité avec humour autour de ce pays fait de contrastes, où le kitsch et les rites de Confucius cohabitent parfois étrangement.
Eun Young Lee  Han Gamjung Memory5 © Olivier Houeix

"Ce spectacle est celui d'une coréenne qui a quitté le pays. J'aimerais bien leur apporter un oeil neuf", explique la chorégraphe. 

Eun Young Lee  Han Gamjung Memory 3 © Olivier Houeix

Le projet réalisé dans le cadre de l'année France-Corée sera présenté à Séoul le 9 octobre 2016 puis à l’Espace Paul Jargot à Crolles (38) en janvier 2017, dans le cadre des ''Concentrés de danse en Isère’’, un évènement co-organisé avec le CDC Pacifique de Grenoble.