La chorégraphe grecque donne corps aux Planites. Ceux qui, comme les planètes, n’en finissent pas de tourner, migrer...

Hourra ! – Opa ! en grec dans le texte – criait à pleins poumons le plateau de Patricia Apergi en 2009. Ou comment trouver un sentiment de fierté nationale dans un pays à genoux.

La chorégraphe grecque reprend le fil là où elle l’avait laissé. Après le dedans, le dehors. Cette fois c’est aux Planites qu’elle donne corps. À ceux qui comme les planètes n’en finissent pas de tourner, flâner, migrer, trotter. Ceux qui trimballent leurs bagages et les posent ici et là. Pour en rendre compte, la chorégraphe a fait escale à Barcelone côté flamenco, à Dublin côté celte et en France à Lyon côté danses africaines et orientales. Résultat : un aller-retour entre ces écritures traditionnelles et sa gestuelle physique et chaotique dopée au quotidien. Sur le plateau, 5 danseurs, 5 garçons en surchauffe, imprégnés d’ailleurs. Pour un corps contemporain et forcément politique.

Distribution

  • Date 01 octobre 2014
  • Durée 1h
  • Genre Danse
  • Production 24 Images
  • Réalisation Denis Caïozzi
  • Auteur, metteur en scène et chorégraphe Patricia Apergi
  • Danseurs Nondas Damopoulos - Ilias Chatzigeorgiou - Dimokritos Sifakis - Konstantinos Rizos-Lamaris - Konstantinos Papanikolaou