Opéra de Vienne : le Français Manuel Legris ne veut plus diriger le Ballet après la fin de son mandat

Par @Culturebox
Mis à jour le 12/12/2017 à 15H14, publié le 12/12/2017 à 14H44
Manuel Legris en janvier 2017. 

Manuel Legris en janvier 2017. 

© Oscar Gonzalez / NurPhoto

C'est une nouvelle importante pour le Staatsoper, l'opéra de Vienne : l'ancien danseur-étoile de l'Opéra de Paris Manuel Legris a annoncé ce 12 décembre qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat à la tête de son corps de ballet après la fin de son mandat en 2020. Legris a profondément modernisé cette compagnie depuis qu'il en a pris la tête en 2010.

"J'ai finalement pris la décision de ne pas prolonger mon contrat après 2020", a indiqué le Français de 53 ans dans un communiqué.

Un départ concomitant avec celui du directeur Dominique Meyer

Son départ coïncidera avec celui d'un autre Français, le directeur général Dominique Meyer, qui l'avait appelé en 2010 et dont le mandat à la tête de l'Opéra n'a pas été renouvelé au-delà de 2020. La direction générale de l'Opéra de Vienne sera assumée alors par l'Autrichien Bogdan Roscic, président du label Sony Classical, retenu en décembre 2016 pour "créer un Staatsoper 4.0", selon le gouvernement.

"Il me semble bon d'ouvrir un nouveau chapitre au plan personnel en 2020, et je crois que pour la Compagnie aussi ce sera le bon moment pour un nouveau départ parallèlement au changement de direction générale", a souligné Manuel Legris.

Legris a redoré le blason du ballet du Staasoper

Sacré meilleur danseur du monde en 2000 à Monte-Carlo, le danseur avait fait ses adieux à la scène en mai 2009 dans "Onéguine", entré pour lui au répertoire de l'Opéra de Paris. 
"Je suis très reconnaissant que tout de suite après la fin de ma carrière de danseur à l'Opéra de Paris, la direction du ballet d'Etat de Vienne m'ait été confiée", a livré Manuel Legris, qui a indiqué remercier Dominique Meyer "du fond du coeur".
L'ex-danseur, dont le mandat viennois avait été prolongé en 2015, a redynamisé le corps de ballet du Staatsoper, auparavant fortement négligé, l'ouvrant à un répertoire contemporain.