Aurore Casanova, de la danse à la vigne

Publié le 09/09/2018 à 10H28
Aurore Casanova

Aurore Casanova

© France 3 Culturebox capture d'écran

En pleine saison des vendanges, rencontre avec une viticultrice singulière. En 2011, Aurore Casanova raccroche les pointes et quitte la scène de l'Opéra de Zurich pour rentrer en Champagne, cultiver les vignes familiales. Un grand écart qui semble avoir réussi à l'ancienne ballerine.

C'est l'histoire d'un changement de vie. Celle d'une jeune femme revenue à la terre. Ce pourrait être celle de tant d'autres actifs partis parcourir le monde et le coeur des villes, avant de se recentrer sur le travail laborieux de la vigne. Et pourtant, le parcours d'Aurore Casanova a la saveur pétillante des trajectoires inattendues.

Reportage : France 3 Champagne-Ardenne, S. Dumay / X. Claeys / P. Gasiorek.
Aurore Casanova, de la danse à la vigne

D'une passion à une autre

Le labeur, l'abnégation, la discipline du quotidien, Aurore Casanova connaît cela par coeur. Elle, la danseuse. Elle, la ballerine. Pendant une quinzaine d'années, elle cultivait son corps pour le mettre au service de son art, sur les scènes du monde entier. Depuis 2011, elle cultive sa vigne de Puisieulx, en Champagne, pour en faire une cuvée d'excellence.

Rendez-vous en terrain connu

Son retour en Champagne s'est décidé lors d'une réunion de famille. Question : qui pour reprendre les 1,5 hectares en grand cru plantés par sa mère, Martine Casanova-Boucton, en 1968 ? Ce sera Aurore. A partir de là, elle déchausse les chaussons et tire sa révérence sur la scène de l'Opéra de Zurich.

L'élégance comme fil conducteur

De la danse classique, Aurore Casanova a visiblement conservé une certaine notion de la délicatesse, de l'élégance et de la force, qu'elle souhaite transmettre dans son vin. Il suffit de l'entendre parler de son pinot noir, qu'elle espère voir évoluer tel un danseur devenant étoile.

Au fur et à mesure, il (ndlr : le pinot noir) va prendre ses galons, il va prendre ses épaules, il va s’installer, il va prendre son aise et se complexifier, mais c’est toujours dans une finesse, dans une délicatesse, dans une élégance que j’adore.

Aurore Casanova