Démonstrations de l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris : des ballerines à la pointe

Mis à jour le 26/12/2017 à 16H46, publié le 16/12/2017 à 15H06
Travail à la barre pour les élèves qui débutent les pointes

Travail à la barre pour les élèves qui débutent les pointes

© Valérie Gaget

Voilà 40 ans que les démonstrations sont organisées chaque année par l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris. L'occasion pour le public de découvrir le travail quotidien des élèves avec leurs professeurs. Les petits rats, eux, ne rêvent que d'une chose : porter des pointes. Sur la scène du Palais Garnier jusqu'au 23 décembre.

Chaque classe donne un aperçu du travail quotidien effectué par les élèves avec leurs professeurs. Au cours de ces démonstrations sur la scène du Palais Garnier, les élèves reprennent des exercices travaillés dans leurs studios à Nanterre au cours du premier trimestre. Le travail à la barre est le fil conducteur. Un rituel quotidien indispensable aux danseurs classiques pour acquérir les fondamentaux de la technique propre à l'école française. D'ailleurs certains chorégraphes, Maurice Béjart ou Harald Lander notamment, ont fait de l'art de la barre le thème de plusieurs de leurs ballets.

Mais ce sont toujours les pointes qui fascinent le plus le public. Passer des chaussons souples aux pointes, les petites danseuse en rêvent ! Il faut des années d'exercices en demi-pointes avant de faire le grand saut. Des pointes synonymes de légèreté et de virtuosité. Elles permettent aux étoiles de tourner beaucoup plus vite. 

Reportage: Valérie Gaget, Jean-Marie Lequertier, Marine Cargnino et Hélène Possetto

https://videos.francetv.fr/video/NI_1144785@Culture

Symboles de grâce, les pointes sont en fait de véritables instruments de tortures. Le temps où les danseuses les tapissaient de fines tranches de viande pour moins souffrir est cependant révolu. Aujourd'hui, une multitude d'embouts de différentes matières les rendent un peu plus confortables. Les jeunes danseuses de l'Opéra utilisent par exemple du coton cardé pour protéger leurs orteils. Cruciales pour la performance sur scène, la danseuse doit en prendre le plus grand soin. Pour s'y sentir bien et donner le meilleur d'elle-même, chacune sa méthode pour les briser et les mettre à la forme de leurs pieds. Elisabeth Platel, ancienne étoile de l'Opéra de Paris et directrice de l'Ecole de danse depuis 2004, n'hésitait pas à les écraser avec le talon puis à les presser comme un accordéon pour les assouplir. 

Apparues au XIXème siècle avec les ballets romantiques, les pointes se sont imposées dans le ballet classique grâce à Marie Taglioni. La célèbre ballerine aurait eu l'idée de rembourrer ses chaussons de coton pour se donner un style plus aérien. Elle marqua le monde du ballet en dansant en 1832 l'intégralité de La Sylphide sur pointes.