Ouverture poétique de la Biennale de la danse de Lyon avec Käfig et Yo Gee Ti

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/09/2012 à 12H32
Le hip-hop français rencontre la danse contemporaine taïwanaise

Le hip-hop français rencontre la danse contemporaine taïwanaise

© Michel CAVALCA

Quoi de commun entre le hip-hop et la danse contemporaine ? A priori, pas grand chose. Dans sa dernière création, "Yo Gee Ti", le chorégraphe lyonnais Mourad Merzouki réussit pourtant à faire dialoguer cinq danseurs de sa compagnie Käfig avec cinq danseurs contemporains taïwanais. Deux écoles, deux langages mais aussi deux types de physique se retrouvent sur scène, dans un sublime métissage qui ouvre la 15ème Biennale de la danse à Lyon, le 13 septembre 2012.

Pour réaliser son dernier voyage chorégraphique Mourad Merzouki est allé chercher à Taïwan des danseurs du National Chiang Kai-Shek Cultural Center. Ces danseurs contemporains, réputés pour leur haut niveau de technicité, ont pu confronter leur gestuelle à celle des danseurs de hip-hop de la compagnie Käfig.

Yo Gee Ti (« organique » en français) est le fruit du mariage de ces deux univers. Le chorégraphe a par ailleurs fait appel à Johan Ku, étoile montante de la couture taïwanaise, pour créer les costumes et s'en est inspiré pour mettre au point une étonnante scénographie : de grosses pelotes de laine qui se défont en rideaux de fils que les danseurs tressent ou lèvent en vagues.


Découvrez un tricotage énergique et poétique dans cette vidéo de France 3 Lyon :

https://videos.francetv.fr/video/NI_132527@Culture

Ecoutez l'interview de Mourad Merzouki, le chorégraphe de "Yo Gee Ti" : (M.Figureau/S.Adam)

https://videos.francetv.fr/video/NI_132535@Culture