Plantu fête ses "50 ans de dessin de presse" à la BNF

Par @Culturebox
Publié le 20/04/2018 à 11H54
Détail de l'affiche de l'exposition Plantu 50 ans de dessin de presse

Détail de l'affiche de l'exposition Plantu 50 ans de dessin de presse

© BNF

Une exposition intitulée "50 ans de dessin de presse" réunit cent cinquante dessins de Plantu. Célèbre pour ses caricatures de personnages politiques, il fait généralement s'entrechoquer deux actualités dans un même dessin, chacune éclairant l'autre. 2015 et le massacre de la rédaction de Charlie a marqué un tournant dans le dessin de presse. Depuis, Plantu se déplace constamment sous protection.

Dans un milieu, la politique, où la tendresse et la paix ne règnent pas vraiment, l'un des symboles du talent de Plantu reste sa colombe de la paix. Même si, à l'instar de celle de Picasso, elle garde son innocence et sa part d'espoir, elle a plus souvent qu'à son tour figuré ensanglantée, atteinte, blessée... sans être pourtant jamais tuée. La colombe de Plantu pourrait parfaitement symboliser le dessin de presse. Faire sourire et réfléchir, faire réfléchir parce que sourire, cette espèce de fraîcheur dans un monde de brutes, il est désormais bien difficile de la faire vivre. Le 7 janvier 2015 a changé la donne.

Reportage :

https://videos.francetv.fr/video/NI_1222989@Culture

7 janvier

Ce matin-là, des journalistes, non pas des envoyés spéciaux prenant le risque de travailler sur les théâtres de guerre mais des éditorialistes pratiquant pour la plupart l'humour et le commentaire par le dessin sont tombés sous les balles des fanatiques. Confrères, amis, égaux de Plantu, les victimes abattues lors de la conférence de rédaction de Charlie Hebdo, ont marqué le seuil qui sépare l'avant de l'après. L'exposition "Cinquante ans de dessin politique" démontre bien, à travers une sélection de cent cinquante croquis du dessinateur du Monde, qu'il y a un avant et un après. Pourtant, le regard, l'approche restent les mêmes. Seule, une certaine innocence, comme la colombe au coeur qui saigne, paraît avoir disparu. Le sexagénaire qui partageait avec Cabu une certaine allure adolescente se déplace désormais sous protection.
L'affiche de l'exposition à la BNF

L'affiche de l'exposition à la BNF

© BNF

Il y a donc cinquante ans, en 1968, Plantu plaçait ses premiers dessins, quatre ans plus tard, sa colombe faisait pour la première fois la Une du Monde à propos du conflit entre les Etats-Unis et le Vietnam. Cinq décennies plus tard, le Pinocchio Macron a remplacé le démiurge De Gaulle dans les dessins. Le coeur et l'humour sont toujours là. La gaité sans doute plus, tombée sous les balles de l'intolérance islamiste. .