Paris : des musées et théâtres fermés en raison des "Gilets jaunes"

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 01/12/2018 à 13H20, publié le 01/12/2018 à 10H40
Des "Gilets jaunes" devant l'Arc de Triomphe le 1er décembre 2018

Des "Gilets jaunes" devant l'Arc de Triomphe le 1er décembre 2018

© ALAIN JOCARD / AFP

Plusieurs théâtres et musées à proximité de l'avenue des Champs-Elysées, où est prévue samedi une troisième manifestation des "gilets jaunes", restent fermés ce 1er décembre par craintes de violences semblables à celles de la semaine dernière sur la plus belle avenue du monde.

Spectacles annulés

Le Théâtre Marigny, qui vient de rouvrir ses portes après cinq ans de travaux, a annoncé dans un communiqué qu'il annulait deux représentations de son spectacle phare de fin d’année "Peau d'âne" samedi à 15H00 et à 20H00.

Situé à l'angle de l'avenue, il justifie sa décision en évoquant les "évènements qui perturbent l'accès à l'avenue des Champs-Elysées depuis deux week-ends consécutifs et afin de garantir la sécurité et le confort d'accès de nos spectateurs". Le théâtre annule également "Bonsoir de et par Frédéric Mitterrand" à 21H00 au Studio Marigny, où l'ex-ministre de la Culture donne des séances de lecture de ses propres textes.

Le Théâtre du Rond-point, situé au 2bis rue Franklin Roosevelt, a annoncé également sur Twitter qu'il annulait samedi quatre spectacles : "Sombre Rivière", "Histoire intime d'Elephant Man", "Sur les cendres en avant" et "Agnès Hurstel". Il précise qu'"en raison des évènements sur les Champs-Elysées, l'accès au théâtre sera bloqué par les forces de l'ordre".

Musées fermés

Le Grand Palais, qui propose en ce moment des expositions sur la Venise du XVIIIe siècle, le peintre Miro ou encore Michael Jackson, fermera également ses portes, de même que le Petit Palais.

Quant au musée de l'Orangerie, qui expose une collection sur Clemenceau et Monet, il est ouvert hormis pour l'accès sur la Place de la Concorde, tandis que celui des Tuileries est limité.

La sécurisation des Champs-Elysées est entrée en vigueur samedi dès 6H00 avec des contrôles d'identité et des fouilles de sacs, selon un arrêté pris vendredi par le préfet de police de Paris. Un premier incident a eu lieu tôt dans la matinée, après la tentative de manifestants de forcer un point de contrôle policier à l’entrée de l’avenue, entraînant un jet de gaz lacrymogène pour disperser la foule rassemblée.