Meghan Markle et Wallis Simpson, deux Américaines divorcées face à leurs destins

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 17/05/2018 à 12H17, publié le 16/05/2018 à 11H50
Meghan Markle en 2018 et Wallis Simpson, the Duchess of Windsor, en 1936

Meghan Markle en 2018 et Wallis Simpson, the Duchess of Windsor, en 1936

© 3rd December 1936: Wallis Simpson (1896 - 1986), the Duchess of Windsor. Hulton Archive/Getty Images)

L'entrée de Meghan Markle dans la famille royale britannique est aux antipodes de l'accueil réservé à Wallis Simpson, une autre Américaine divorcée. Là où le statut de divorcée de Wallis Simpson a fait trembler la monarchie britannique, 80 ans plus tard Meghan Markle est perçue comme faisant souffler un vent de modernité sur l'institution multicentenaire.

En 1936, quelques mois après avoir accédé au trône, Edouard VIII avait été contraint d'abdiquer pour pouvoir épouser Wallis. L'ombre de ce drame devrait flotter sur le mariage du prince Harry et de Meghan Markle, le 19 mai à la chapelle St George du château de Windsor, où avaient eu lieu les obsèques de Wallis Simpson en 1986.

La duchesse de Windsor est enterrée aux côtés de son époux - mort en 1972 - dans le cimetière royal du manoir de Frogmore, où se déroulera la soirée de réception de Meghan et Harry. "Ecoutez très attentivement le chant des chœurs au moment où Meghan et Harry descendront l'allée centrale", dit Andrew Morton, auteur de biographies de Meghan et de Wallis, qui prédit que l'on pourra entendre le roi Edouard "se retourner dans sa tombe".

Car pour avoir voulu épouser une Américaine divorcée, il a dû renoncer au trône, quand aujourd'hui une autre Américaine divorcée est accueillie à bras ouverts, ajoute le chroniqueur royal.

https://videos.francetv.fr/video/NI_1234693@Culture

Égoïsme contre devoir

Andrew Morton souligne les origines différentes de la jeune actrice métisse native de Los Angeles et de la mondaine deux fois divorcée qui a grandi à Baltimore. "La famille de Wallis possédait des esclaves alors que dans celle de Meghan, on était esclave", dit-il en référence aux ancêtres de la mère de la future mariée.

Selon lui, Meghan Markle a pour elle ses nombreuses expériences dans le domaine caritatif, notamment au service des Nations unies. "Elle aurait pu être diplomate, politicienne, avocate", ajoute-t-il, estimant qu'elle "est certainement prête pour la famille royale, elle a fait ses preuves".

Wallis était considérée comme politiquement, religieusement, socialement et moralement indigne de devenir reine. Si Edouard s'était entêté à vouloir rester roi avec elle à ses côtés, contre l'avis du Premier ministre de l'époque, le gouvernement aurait dû démissionner. Mais il a renoncé et le couple s'est marié en France en 1937. Ils passèrent leurs années d'exil en grande partie à Neuilly-sur-Seine vivant aux crochets de riches amis et de la France. Pour avoir voulu placer son intérêt personnel avant celui de son pays, Edouard a laissé une image d'égoïsme que son frère et successeur George VI a gommé en adoptant l'attitude inverse : le devoir avant tout. Une voie poursuivie par sa fille, Elizabeth II qui, à 92 ans, considère l'abdication comme un blasphème.

Un regard moins snob sur les mariages avec des Américains ou des roturiers

Les histoires de Meghan et de Wallis illustrent les changements intervenus dans la dynastie Windsor comme dans la société britannique, aujourd'hui multi-raciale et moins empreinte de morale anglicane.

Quatre mariages sur dix s'y terminent en divorce et trois des quatre enfants d'Elizabeth II ont divorcé. Le père de Harry et héritier du trône, le prince Charles, s'est remarié en 2005 avec une femme elle aussi divorcée. 

Quant à l'aristocratie britannique, elle porte un regard moins snob sur les mariages avec des Américains ou des roturiers. Alors que la nationalité de Wallis a joué en sa défaveur, pour le commentateur royal Richard Fitzwilliams, le mariage de Harry et Meghan est perçu comme "la manifestation ultime de la relation spéciale entre le Royaume-Uni et les États-Unis".