Maurras effacé : la décision de Françoise Nyssen critiquée par les historiens Jean-Noël Jeanneney et Pascal Ory

Mis à jour le 30/01/2018 à 10H05, publié le 30/01/2018 à 09H10
L'écrivain d'extrême droite Charles Maurras en 1939 à L'Académie Française

L'écrivain d'extrême droite Charles Maurras en 1939 à L'Académie Française

© AFP

"Commémorer, ce n'est pas célébrer", affirment les historiens Jean-Noël Jeanneney et Pascal Ory, membres du Haut Comité des commémorations nationales, regrettant la décision de la ministre de la Culture Françoise Nyssen de retirer du Livre des commémorations l'écrivain d'extrême droite Charles Maurras.

Après des protestations d'associations antiracistes, la ministre a demandé le rappel du Livre des commémorations 2018 et sa réimpression "après retrait de la référence à Maurras".

"Commémorer, ce n'est pas célébrer. C'est se souvenir ensemble d'un moment ou d'un destin", écrivent les deux historiens dans une tribune publiée lundi par Le Monde. "On commémore la Saint-Barthélémy, on ne la célèbre pas. On commémore l'assassinat d'Henri IV, on ne le célèbre pas", soulignent Jean-Noël Jeanneney, ancien président de la Mission du bicentenaire de la Révolution, et Pascal Ory, professeur émérite à Paris-Panthéon-Sorbonne.

"C'est du devoir de l'Etat de braquer aussi la lumière sur les périodes les plus sombres" 

Ils rappellent qu'une polémique en 2011 sur un autre écrivain antisémite, Céline, avait justement conduit à remplacer "Célébrations" par "Commémorations" dans l'intitulé du Haut Comité.

Le Délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, Frédéric Potier, avait demandé samedi le retrait de Charles Maurras du recueil. "Commémorer c'est rendre hommage. Maurras n'a pas sa place dans les commémorations nationales 2018", écrivait-il, rejoint par SOS Racisme et la Ligue internationale de lutte contre le racisme et l'antisémitisme (Licra).

Jean-Noël Jeanneney et Pascal Ory font valoir en revanche "que s'il revient à l'Etat de fêter le souvenir des moments lumineux (...), c'est son devoir aussi de braquer la lumière sur les périodes les plus sombres - de toutes les manières possibles".