Les défis de Jean-Luc Martinez, reconduit à la présidence du Louvre

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/04/2018 à 14H34, publié le 04/04/2018 à 18H43
Jean-Luc Martinez, président directeur du Louvre, avec la ministre de la Culture Françoise Nyssen, le 27 mars 2018.

Jean-Luc Martinez, président directeur du Louvre, avec la ministre de la Culture Françoise Nyssen, le 27 mars 2018.

© Séverine Courbe / La Voix du Nord / MaxPPP

Le président directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, 54 ans, a été reconduit à son poste mercredi par le gouvernement. Son premier mandat a été marqué par de nombreuses initiatives et succès, notamment un meilleur accueil du public au sein du plus grand musée du monde mais aussi l'inauguration du Louvre Abu Dhabi. Parmi les défis à venir, il devra confirmer la hausse de la fréquentation.

Un bilan salué

"Sur proposition de Françoise Nyssen, ministre de la Culture, le président de la République a renouvelé Jean-Luc Martinez à la tête de l'Etablissement public du musée du Louvre", qu'il occupe depuis avril 2013, a annoncé le ministère, Mme Nyssen "saluant son bilan".

Réaménagement du hall sous la pyramide, mise en place d'un "centre d'interprétation", lieu d'initiation au musée, création d'une "Petite Galerie" pour présenter les oeuvres dans un cadre plus intime : autant d'initiatives de Jean-Luc Martinez destinées à améliorer le confort des visiteurs et à faciliter l'accès aux collections.

"Il fallait rendre la pyramide à son public. Le projet Grand Louvre a été conçu pour 2,9 millions de personnes. Il reçoit aujourd'hui 8,5 millions de visiteurs annuels, dont 70% d'étrangers", rappelle volontiers ce fils de modestes émigrés espagnols. Au total, 25.000 m2 d'espaces muséographiques ou d'accueil ont été rénovés, selon le Louvre.

Jean-Luc Martinez a également bouclé le dossier du Louvre Abu Dhabi, qui avait pris beaucoup de retard et a ouvert en novembre 2017. Il a notamment décidé de transférer à Abou Dhabi l'équipe en charge du projet.

Sous son mandat, le Louvre-Lens, qui a accueilli près de 3 millions de visiteurs depuis son ouverture fin 2012, a fêté ses cinq ans. Le musée va construire un grand centre de conservation à Liévin (Pas-ce-Calais) où seront stockées 250.000 oeuvres, actuellement entreposées à Paris dans des réserves inondables.

Ancien directeur du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, Jean-Luc Martinez a réalisé en 2015 à la demande du président François Hollande un rapport sur la protection du patrimoine dans les zones de conflit. Ces propositions, présentées notamment lors du G7 au Japon (en 2016), sont à l'origine de la création d'un fonds international d'intervention baptisé ALIPH.

Quels sont ses prochains défis ?

Pour le gouvernement, "un des défis" de ce nouveau mandat "sera de confirmer la hausse de fréquentation, repartie depuis 2017 (+14%), après les attaques terroristes en France en 2015 et 2016". Au premier trimestre 2018, le musée a accueilli 2 millions de visiteurs, un record depuis l'ouverture fin 2012 du nouvel espace des Arts de l'Islam.

Parmi ses autres objectifs, indique le ministère, "innover pour aller au-devant des citoyens": actions pour les publics scolaires, moins nombreux depuis les attentats, pour favoriser les liens intergénérationnels, améliorer l'accueil...

Autre mission, "inscrire plus que jamais le Louvre dans une perspective de rayonnement international": par exemple "répondre au défi linguistique de la diversité de nationalités des visiteurs", développer les projets d'expositions et partenariats scientifiques à travers le monde, en particulier en Asie. Enfin, "se situer au coeur d'un réseau muséal plus large" (coopération avec la Réunion des musées nationaux, les musées territoriaux ou d'autres institutions).