"Appel de Montreuil" : les 3 raisons de l'inquiétude des professionnels de la culture

Mis à jour le 16/01/2018 à 17H01, publié le 16/01/2018 à 16H37
Françoise Nyssen, ministre de la Culture, au Midem 2017

Françoise Nyssen, ministre de la Culture, au Midem 2017

© Yann COATSALIOU / AFP

Pour Françoise Nyssen, la ministre de la culture, le début d’année 2018 s’annonce orageux. Plusieurs organisations, syndicats et personnalités de la culture ont lancé l’"Appel de Montreuil". Ils y dénoncent une "vision comptable" de la culture par le gouvernement. Trois points en ressortent visant l’audiovisuel public, le spectacle vivant et les archives.

La ministre Françoise Nyssen prononcera un discours mercredi 18 janvier devant les professionnels de la culture réunis à Nantes (rencontre professionnelle des Bis de Nantes). L'appel, diffusé par le site Médiapart et sur le site de pétition en ligne "Mes opinions", vise à faire part de l'inquiétude du monde de la culture à propos des pistes de réformes et d'économies dévoilées par les médias en novembre. 
1
Une holding de l’audiovisuel public

Parmi les pistes de réforme, la création d'une holding qui regrouperait les sociétés publiques de l'audiovisuel, un "rapprochement" des réseaux de France 3 et de France Bleu, la fermeture des bureaux régionaux de France 2, l'arrêt de France Ô ou encore la fin d'une diffusion hertzienne de France 4.

La radio Le Mouv passerait à un modèle exclusivement numérique, et les orchestres de Radio France seraient "reconfigurés", avec une plus grande "sélectivité" des aides à la création artistique.

2
Sortir le spectacle vivant du cahier des charges existant

Une autre piste envisagée prévoit de "déroger aux cahiers des charges de niveau réglementaire" pour "mieux adapter l'offre de spectacles aux attentes du public et des collectivités", ce qui inquiète particulièrement le théâtre public.

"La programmation des théâtres ou des centres d'art labellisés pourrait devoir s'adapter aux desiderata d'élus locaux ou céder aux demandes de tourneurs privés", estime l'Appel.

3
Limiter l'archivage

Le document entrevoit de "limiter l'archivage aux seules archives essentielles".

 

L'Appel de Montreuil est signé notamment du Syndeac (entreprises de la culture), la Ligue de l'enseignement, la CGT Spectacle, le Syndicat national des journalistes CGT, les associations représentant les scènes publiques, les centres chorégraphiques nationaux, les centres dramatiques nationaux, le Profedim (professions musicales) et le Réseau national d'actions des archivistes (Rn2A), ainsi que par des personnalités (le comédien Robin Renucci, la cinéaste Dominique Cabrera, Irina Brook, metteuse en scène et directrice centre dramatique national de Nice, les chorégraphes Maud Le Pladec et Thierry Malandain etc.)