Migrants : larmes et empathie devant les clichés de "Visa pour l'image"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 31/08/2016 à 16H45
Un migrant afghan sautant du bateau pour rejoindre l’île grecque de Lesbos. 19 octobre 2015.

Un migrant afghan sautant du bateau pour rejoindre l’île grecque de Lesbos. 19 octobre 2015.

© Yannis Behrakis / Reuters

Le festival international de photojournalisme a ouvert ses portes samedi à Perpignan. Depuis 1989, la manifestation colle aux sujets forts de l’actualité, à travers des photographies du monde entier. Au cœur de l’édition 2016, la crise des migrants, dévoilée au public à travers différentes expositions.

La migration des peuples, poussés à l’exil, n’a jamais été aussi forte depuis 2015, année durant laquelle près d’un million de personnes sont entrées illégalement dans l’espace Shengen. La crise des migrants s’est réellement inscrite dans l’espace médiatique en 2010 et est devenue depuis un sujet photographique majeur pour les photo-reporters.

À Perpignan cette année, les expositions du festival international de photojournalisme réunissent les œuvres de multiples professionnels.

Des migrants passent la nuit dans un champ avant de s’enregistrer au « hot spot » de Moria, sur l’île grecque de Lesbos. 9 novembre 2015.

Des migrants passent la nuit dans un champ avant de s’enregistrer au « hot spot » de Moria, sur l’île grecque de Lesbos. 9 novembre 2015.

© Aris Messinis / AFP

Se rendre compte du phénomène

Des hommes se ruant sur un pain, une longue file d’humains marchant avec leurs effets, ou un père de famille protégeant ses enfants de la noyade, les clichés exposent un moment de vie de migrants.

Les images de Yannis Behrakis par exemple, touchent les visiteurs.

Nous sommes dans un flot d’image permanent mais celles-ci parlent énormément. Je me sens vraiment en phase avec le sujet, il y a une très grande proximité


Un Syrien avec ses deux enfants tentant de débarquer après la traversée depuis la Turquie. Île de Lesbos, 24 septembre 2015.

Un Syrien avec ses deux enfants tentant de débarquer après la traversée depuis la Turquie. Île de Lesbos, 24 septembre 2015.

© Yannis Behrakis / Reuters

Si la crise des migrants s’est intégrée dans le paysage médiatique, au point de menacer de banaliser cette question, les photos de Visa pour l'Image touchent au coeur. "On sait ce qu’il se passe mais là je trouve cela très émouvant", témoigne une visiteuse les larmes aux yeux.

Le photographe de Reuters connait bien son sujet, puisqu’il photographie les migrants depuis maintenant 25 ans. Grec d’origine, il s’est même fait le porte-voix des persécutés lorsque les migrants sont arrivés dans son pays natal.

Reportage : M. Tamon / J. Lopez / J. Olivier

https://videos.francetv.fr/video/NI_787711@Culture

Une solution introuvable

Que ce soit Marie Dorigny et ses clichés de femmes en exil, ou le photographe de l’AFP Aris Messinis et ses "scènes de guerre en zone de paix", la question est la même : comment régler le problème ? 

Comment allons-nous y arriver ? Que peut-on faire ? On se sent impuissant alors qu’il faudrait que tout le monde s’y mette mais je crois que c’est un peu un rêve parce que c’est un problème énorme qui ne s’arrête pas.


Des réfugiés et des migrants traversent la mer Égée entre la Turquie et l’île grecque de Lesbos. 28 septembre 2015.

Des réfugiés et des migrants traversent la mer Égée entre la Turquie et l’île grecque de Lesbos. 28 septembre 2015.

© Aris Messinis / AFP

À Perpignan, adultes et jeunes se posent des questions, avec toujours un espoir de solidarité.

Est-ce que le fait d’être au courant va changer quelque chose ? C’est ça le plus marquant, c’est de se rendre compte de la difficulté de retranscrire l’ambiance par la photo. Quand on voit ces gens crier ça nous donne l’impression d’être spectateur et même voyeur et on aimerait pouvoir les aider


Lesbos, Grèce. Une jeune volontaire grecque du corps des sauveteurs en mer réconforte une réfugiée irakienne. Enceinte et en état de choc après la traversée en bateau depuis la Turquie, celle-ci a fait un malaise à son arrivée sur la plage.

Lesbos, Grèce. Une jeune volontaire grecque du corps des sauveteurs en mer réconforte une réfugiée irakienne. Enceinte et en état de choc après la traversée en bateau depuis la Turquie, celle-ci a fait un malaise à son arrivée sur la plage.

© Marie Dorigny / MYOP pour le Parlement européen 2016.
La plupart des photos concernant la crise des migrants sont exposées dans le Couvent des minimes de Perpignan, avec les clichés de 14 artistes venus du monde entier. Le festival international de photojournalisme se poursuit jusqu’au 11 septembre.