La Cité des Outre-mer ouvrira en 2020, assure la ministre Annick Girardin

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox

Journaliste, responsable de la rubrique Arts de Culturebox

Publié le 27/11/2017 à 14H09
La cérémonie de lancement de la Cité des Outre-mer avec l'ex-président François Hollande, l'ex-ministre des Outre-mer Ericka Bareigts (à gauche) et la maire de Paris Anne Hidalgo (à droite), le 17 mars à la Villette à Paris

La cérémonie de lancement de la Cité des Outre-mer avec l'ex-président François Hollande, l'ex-ministre des Outre-mer Ericka Bareigts (à gauche) et la maire de Paris Anne Hidalgo (à droite), le 17 mars à la Villette à Paris

© Hamilton / Pool / MaxPPP

La Cité des Outre-mer, destinée à promouvoir et valoriser les cultures, les arts, les traditions et les coutumes des territoires ultramarins, se fera "avec un an de retard" et ouvrira ses portes en "2020", a annoncé la ministre des Outre-mer Annick Girardin lundi sur Public Sénat.

"Elle aura lieu, cette Cité des Outre-mer, elle se fera, elle se fera avec un an de retard", a déclaré la ministre, précisant que le bâtiment sera prêt en "2020".
 
"Rénover un bâtiment pour en faire une Cité des Outre-mer, c'est bien, penser son fonctionnement dans la durabilité, c'est mieux", a ajouté la ministre des Outre-mer.
 
Début novembre, Annick Girardin avait annoncé aux députés que cette Cité qui doit être installée à Paris "existerait", mais que le projet avait "besoin d'être repensé" et d'être "davantage collectif", regrettant ainsi que le ministère de la Culture n'en soit pas "partenaire".

Une promesse de campagne de François Hollande

La Cité des Outre-mer est une promesse de campagne de François Hollande, qui l'avait officiellement lancée le 17 mars au parc de La Villette à Paris. Elle devait être installée dans un ancien cinéma désaffecté du parc du nord-est parisien et était censée ouvrir ses portes en 2019.
 
Une cinquantaine d'élus et de personnalités, essentiellement ultramarins, s'étaient inquiétés dans une tribune publiée sur libération.fr le 8 novembre, pour l'avenir de la Cité.
 
Il s'agit d'une "promesse récurrente des autorités politiques de notre pays depuis plus de vingt ans", soulignaient les auteurs de cette tribune, dont un grand nombres d'élus, comme les trois ministres des Outre-mer de François Hollande, Victorin Lurel, George Pau-Langevin et Ericka Bareigts.

Inquiétude des élus et de personnalités d'outre-mer

"Nul ne pouvait imaginer qu'il était possible de revenir sur un engagement pris par plusieurs présidents de la République, réalisé par le président François Hollande et avalisé par le Parlement. Nul ne pouvait imaginer un tel camouflet envers des acteurs ultramarins qui se mobilisent depuis vingt ans", disaient les signataires, parmi lesquels l'écrivain Maryse Condé, l'ancien footballeur Lilian Thuram, ou Jean-Michel Martial, président du Conseil représentatif des Français d'Outre-Mer.
 
"Nous craignons que l'actuelle indifférence envers les territoires ultramarins continue de s'accroître en continuant à les priver de toute visibilité dans l'hexagone", ajoutaient-ils.